Vous avez aimé un événement ?

Vous aimeriez retrouver le nom des artistes ou des intervenants ? Retrouvez toutes les activités passées en sélectionnant ci-dessous à gauche le jour à partir duquel vous souhaitez que s’affichent les archives :

Sep
26
Thu
2019
« Algérie, quel avenir ? » @ Uni Mail, Salle MS150
Sep 26 @ 18 h 30

L’AMAGE – Association du Monde Arabe de l’Université de Genève a le plaisir de vous inviter à une conférence par Akram Belkaïd autour de l’actualité algérienne et ses enjeux pour l’avenir.

La conférence sera suivi d’un débat ouvert au public.

Un apéritif sera offert après la conférence.

Le conférencier : Akram belkaïd est un journaliste renommé au Monde diplomatique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le Maghreb et l’Algérie dont « L’Algérie, un pays empêché [en 100 questions] »

Oct
2
Wed
2019
Vadrouilles cairotes [lecture de textes]   avec Jacques Siron / Trois balades au Caire / Trois date à l’ICAM @ ICAM-L'Olivier
Oct 2 @ 19 h 00
Vadrouilles cairotes [lecture de textes]   avec Jacques Siron / Trois balades au Caire / Trois date à l'ICAM @ ICAM-L'Olivier | Genève | Genève | Switzerland

Trois balades au Caire

Déambulations en trois démarches (textes / photos & musique / film)

Jacques Siron  

lien vers le site personnel

 

Un auteur suit trois chemins pour évoquer son immersion dans les rues cairotes, expériences fascinantes – mélanges d’attirance et de répulsion pour la plus grande ville d’Afrique, mégalopole bruyante, puante, polluée, surpeuplée, étouffante, envahissante, drôle, spirituelle et tellement attachante.

Trois parcours qui ont chacun leurs sensualités, leurs résonances, leurs affinités, leurs fibres télépathiques, leurs funambulismes. Trois matières qui ont chacune leur manière singulière de raconter le Caire.

 

 

mercredi 2 octobre : Vadrouilles cairotes [lecture de textes]  

La matière des mots.

Un témoignage personnel sur les désorientations de l’Orient, les petits riens, les rencontres, les décalages, les incompréhensions.

Un jardin des pensées, des interrogations et des émerveillements.

 

 

mercredi 9 octobre : Images du Caire [photos projetées avec musique en direct]  lien

La matière de la photo et de la musique.

Un dialogue entre des images et une musique qui se déroule dans l’instant présent, avec le grain de la contrebasse et parfois le surgissement de la voix.

 

 

mercredi 16 octobre : Les Mille et Un Caire [film de 83’]  lien

La matière des sons et des images animées.

Une symphonie visuelle. Une évocation poétique et musicale.

Une invitation à plonger dans les rues en compagnie de la caméra magique de Pio Corradi et de la musique du trio Afro Garage.

Oct
9
Wed
2019
Images du Caire [photos projetées avec musique en direct] avec Jacques Siron / Trois balades au Caire / Trois date à l’ICAM @ ICAM-L'Olivier
Oct 9 @ 19 h 00
Images du Caire [photos projetées avec musique en direct] avec Jacques Siron / Trois balades au Caire / Trois date à l'ICAM @ ICAM-L'Olivier | Genève | Genève | Switzerland

Trois balades au Caire

Déambulations en trois démarches (textes / photos & musique / film)

Jacques Siron  

lien vers le site personnel

 

Un auteur suit trois chemins pour évoquer son immersion dans les rues cairotes, expériences fascinantes – mélanges d’attirance et de répulsion pour la plus grande ville d’Afrique, mégalopole bruyante, puante, polluée, surpeuplée, étouffante, envahissante, drôle, spirituelle et tellement attachante.

Trois parcours qui ont chacun leurs sensualités, leurs résonances, leurs affinités, leurs fibres télépathiques, leurs funambulismes. Trois matières qui ont chacune leur manière singulière de raconter le Caire.

 

 

mercredi 2 octobre : Vadrouilles cairotes [lecture de textes]  

La matière des mots.

Un témoignage personnel sur les désorientations de l’Orient, les petits riens, les rencontres, les décalages, les incompréhensions.

Un jardin des pensées, des interrogations et des émerveillements.

 

 

mercredi 9 octobre : Images du Caire [photos projetées avec musique en direct]  lien

La matière de la photo et de la musique.

Un dialogue entre des images et une musique qui se déroule dans l’instant présent, avec le grain de la contrebasse et parfois le surgissement de la voix.

 

 

mercredi 16 octobre : Les Mille et Un Caire [film de 83’]  lien

La matière des sons et des images animées.

Une symphonie visuelle. Une évocation poétique et musicale.

Une invitation à plonger dans les rues en compagnie de la caméra magique de Pio Corradi et de la musique du trio Afro Garage.

Oct
10
Thu
2019
Syria after the uprisings, the political economy of state resilience – Présentation du livre / Conférence de Joseph Daher @ ICAM-L'Olivier
Oct 10 @ 19 h 00 – 20 h 00
Syria after the uprisings, the political economy of state resilience - Présentation du livre / Conférence de Joseph Daher @ ICAM-L'Olivier | Genève | Genève | Switzerland

Présentation du Livre:

 

Syria after the uprisings, the political economy of state resilience

(Pluto Press – Haymarket 2019) – Joseph Daher

 

Jeudi 10 octobre 2019 – 19h

 

Librairie l’Olivier, Genève

 

La Syrie a été au centre de l’actualité depuis la mi-mars 2011, à la suite du déclenchement d’un soulèvement populaire massif dans le pays et la répression violente qui s’est abattu à son encontre. Plus de huit ans plus tard, Joseph Daher analyse la résilience du régime syrien et les échecs du mouvement de protestation, tout en examinant de plus près les processus contre-révolutionnaires qui ont miné le soulèvement populaire de l’intérieur et de l’extérieur.

 

À travers une reconstruction nette des principaux événements historiques, Daher se concentre sur les raisons de la transformation d’un soulèvement populaire pacifique en une guerre destructrice opposant de nombreux acteurs régionaux et internationaux. Ce livre tente d’avoir une analyse globale des caractéristiques économiques, sociales et politiques du conflit dans sa dimension nationale, régionale et internationale. En même temps, la compréhension du soulèvement populaire syrien nécessite une perspective historique remontant à la prise du pouvoir par Hafez al-Assad en 1970.

 

Ce livre est le fruit de plusieurs années de recherche et de discussions avec des militant-es, des étudiant-es, des membres de partis politiques et des universitaires syrien-nes.

La rencontre sera suivie d’un verre de l’amitié et d’une séance de dédicaces.

 

Description de l’auteur:

Joseph Daher est un activiste et un universitaire. Il enseigne à l’Université de Lausanne en Suisse et est professeur affilié à l’Institut universitaire européen de Florence (Italie). Il est aussi l’auteur du « Hezbollah Un fondamentalisme religieux à l’épreuve du néolibéralisme (Syllepse 2016) et fondateur du blog Syria Freedom Forever.

Oct
11
Fri
2019
Lilit Bleyan et Tigran Ter Stepanian @ Onex et Troinex
Oct 11 – Oct 12 all-day
Lilit Bleyan et Tigran Ter Stepanian @ Onex et Troinex

Lilit Bleyan nous fera découvrir son univers musical accompagnée du magnifique guitariste Tigran Ter Stepanian, le 11 octobre 2019 à Troinex et le 12 octobre 2019 à Onex, avec la participation de Michèle Lubicz au doudouk

Oct
16
Wed
2019
Les Mille et Un Caire [film de 83’]  avec Jacques Siron / Trois balades au Caire / Trois date à l’ICAM @ ICAM-L'Olivier
Oct 16 @ 19 h 00
Les Mille et Un Caire [film de 83’]  avec Jacques Siron / Trois balades au Caire / Trois date à l'ICAM @ ICAM-L'Olivier | Genève | Genève | Switzerland

Trois balades au Caire

Déambulations en trois démarches (textes / photos & musique / film)

Jacques Siron  

lien vers le site personnel

 

Un auteur suit trois chemins pour évoquer son immersion dans les rues cairotes, expériences fascinantes – mélanges d’attirance et de répulsion pour la plus grande ville d’Afrique, mégalopole bruyante, puante, polluée, surpeuplée, étouffante, envahissante, drôle, spirituelle et tellement attachante.

Trois parcours qui ont chacun leurs sensualités, leurs résonances, leurs affinités, leurs fibres télépathiques, leurs funambulismes. Trois matières qui ont chacune leur manière singulière de raconter le Caire.

 

 

mercredi 2 octobre : Vadrouilles cairotes [lecture de textes]  

La matière des mots.

Un témoignage personnel sur les désorientations de l’Orient, les petits riens, les rencontres, les décalages, les incompréhensions.

Un jardin des pensées, des interrogations et des émerveillements.

 

 

mercredi 9 octobre : Images du Caire [photos projetées avec musique en direct]  lien

La matière de la photo et de la musique.

Un dialogue entre des images et une musique qui se déroule dans l’instant présent, avec le grain de la contrebasse et parfois le surgissement de la voix.

 

 

mercredi 16 octobre : Les Mille et Un Caire [film de 83’]  lien

La matière des sons et des images animées.

Une symphonie visuelle. Une évocation poétique et musicale.

Une invitation à plonger dans les rues en compagnie de la caméra magique de Pio Corradi et de la musique du trio Afro Garage.

Oct
26
Sat
2019
Concert du quatuor palestinien “Sharqi” de l’Académie Edward Saïd @ ICAM-L'Olivier
Oct 26 @ 20 h 00
Concert du quatuor palestinien "Sharqi" de l'Académie Edward Saïd @ ICAM-L'Olivier | Genève | Genève | Switzerland

Nous avons le plaisir de recevoir un groupe de jeunes musiciens palestiniens du Conservatoire de musique Edward Saïd à Ramallah (Palestine) qui fait un tournée en Suisse à l’invitation de la Chorale de Wohlen (Bern).

Le Conservatoire Edward Said : In 1990, a small group of Palestinian musicians came together to look at the situation of music and music education in Palestine.  There were many pockets of talent and activity in several genres, including folklore music, Arabic art music and Western classical music, but there was no central body channeling musical talent and strategizing for the future. Recognizing this, they decided to establish a music school. Over the next three years, the ground was prepared, and in 1993, the National Conservatory of Music was launched. Initially under the wing of Birzeit University’s board of trustees, the Conservatory set up its first branch in Ramallah. Forty students were enrolled alongside three part-time teachers, a secretary and a volunteer director.  Read more..

 

 

Programme de la soirée :

رغم الفراق- تامر الساحوري
عالعین ملیتین+القرصیة+لیا ولیا+على دلعونة+وین عرام لله+یا ظریف الطول
سماعي حجاز- – Goksel Baktagir
غربة- تامر الساحوري
سماعي نھوند مسعود جمیل
-Autumn Leaves- Johny Mercer
قدیش كان في ناس- فیروز
نسم علینا الھوى- فیروز
علموني-فیروز
-Parfum de Gitane- Anouar Brahem
-Raghm alfuraq- Tamer Alsahouri
-Palestinian folkore songs
-Samaai Hijez- Goksel Baktagir
-Emigration- Tamer Alsahouri
-Samaai nahawand Mesut jemil
-Autumn Leaves- Johny Mercer
-Adesh kan fe nas- Fairouz
-Nassam Alena Alhawa-Fairouz
-Allamouni- Fairouz

Un verre de l’amitié suivra le concert

Nov
7
Thu
2019
Vernissage de l’Exposition des peintures de Hamda Dniden – حمدة ديدن (Tunisie) @ Galerie de l'ICAM - L'Olivier
Nov 7 @ 18 h 00

L’Exposition se poursuivra du 8 au 30 novembre 2019

Hamda Dniden : Peintre de Sidi Bou Said

De: Houcine Tlili 

On pourrait volontiers adapter l’adage du petit prince et de son renard en évoquant Hamda Dniden. Au creux de la colline de Sidi Bou Saïd, derrière la seule porte jaune du village, dans son minuscule atelier, le plus discret de nos peintres poursuit dans le calme et la sérénité un parcours fait de belles fulgurances. On le rencontre au rythme qu’il a fixé, fidèle à la galerie qu’il a privilégiée dans les vergers de la Soukra. Et suivre son parcours n’est pas dénué de surprises. Des constantes dans son travail. Une addiction assumée à ses géantes, femmes antiques, déesses titulaires, que l’on a pu comparer à tort à Botero, mais qui, récusant l’anecdote, s’affirment en majesté, idoles terriennes, telluriques, à la puissance sourdement inquiétante. Une complaisance affirmée pour les portraits de familles, les tableaux de foules, les agrégats compacts de personnages imbriqués, impliqués dans des alliances fœtales, soudés dans des fusions primaires.

 

 
 
 

Né en 1944 à Sidi Bou Said

  • 1963 candidat libre à l’Ecole des Beaux Arts de Tunis
  • 1982 Prix de la Fondation Konrad-Adnar en Allemagne
  • 1984 1er Prix Picasso de l’Institut Hispano-Arabe de la Culture de Madrid
  • 1984-1985-1993 séjours à l’étranger(Espagne, Sénégal, Allemagne)
  • 1995 Prix de la meilleure œuvre de la Ville de Tunis
  • 2000 séjour à la Cité des Arts à Paris
  • 2004 Décoration du mérite culturel
  • De 1968 à 2003 plusieurs expositions personnelles à Tunis
  • 2015 rétrospective au Palais Kheireddine-Tunis
  • De 1985 à 2O14 participations à plusieurs expositions collectives à Tunis et à l’étranger: 2000- Exposition Universelle d’Hanovre, 2010-Semaine culturelle en Chine.
  • 2018 exposition personnelle à la galerie Kalysté-Tunis

Dec
7
Sat
2019
“Pensées pour une saison – Hiver” | Rencontre avec Gabriel Bittar et présentation de son livre @ ICAM-L'Olivier
Dec 7 @ 11 h 00

Né en 1959 au Soudan, l’auteur y vit les onze premières année de sa vie. Les vingt-sept années suivantes sont vécues en Suisse, où il rencontre son épouse; tout en pratiquant divers emplois, il y reçoit, en parallèle ou successivement, plusieurs formations universitaires, en économie, mathématique probabiliste, biochimie et biologie évolutive.

Pendant vingt-cinq ans, il enseigne de nombreuses matières aux niveaux secondaire et universitaire. Aimant la nature et les êtres qui l’habitent, intéressé par la construction, il consacre la plus grande partie des dix-sept années suivantes à développer un grand terrain du bush sur une île au large de l’Australie, y créant et gérant un B&B, tout en faisant régulièrement la navette avec la Suisse, où il continue d’enseigner pour un temps au niveau du 3e cycle universitaire.

En 2016, avec son épouse il prend sa retraite en Suisse. Aussi loin que remonte sa mémoire, il a toujours ressenti de l’amour pour les livres et les animaux.

L’ouvrage “_Pensées pour une saison – Hiver_” est constitué de 99 libres propos et d’un récit. Les thèmes abordés sont variés, mais essentiellement: sciences (particulièrement l’éthologie et l’évolution), nature, langages, philosophie, éthique, histoire, économie, psychologie, observations de vie, témoignages de vie, observations sociales, littérature, arts (dont musique)… Même s’ils sont évocateurs de l’étrange puissance du hasard, ils ont tous été écrits sous l’impulsion de la nécessité. Leur fil conducteur est traduit par l’incipit: “_À tous les êtres que l’on n’écoute pas, que l’on ne regarde pas. À tous les silencieux._”.

La rencontre sera suivie d’un verre de l’amitié et d’une séance de dédicaces

  1. De la langue française

Je laisse souvent mon esprit vagabonder… Je l’arrête parfois et lui demande: “D’où viens-tu?”
Il me répond, invariablement: “De la langue française. Elle m’a conçu, et nourri”.

  1. La fourmi qui devint deux

Depuis un long moment (que je ne peux déterminer plus précisément, ne portant pas de montre), j’observe une petite fourmi transportant, à bout de bras, une graine au moins trois fois plus grosse qu’elle-même.

Chaque caillou s’avère une colline à franchir, chaque brin d’herbe couché un arbre tombé, à surmonter. Vainquant toutefois obstacle sur obstacle, avec une détermination farouche, elle avance avec son trésor, porté haut de ses deux pattes avant. Cela zigzague beaucoup mais, en gros, elle a bien parcouru de la sorte quatre bons mètres mesurés en ligne droite!

Puis d’un coup elle pose son fardeau, elle commence plutôt à tirer, à pousser. Elle fatigue… De cette manière, c’est beaucoup plus difficile pour elle… la moindre feuille mouillée s’avère un terrain pénible, sa ligne de parcours se fait de plus en plus chaotique.

Soudain, elle laisse tomber et s’en va! Droit devant elle.

Je me sens bien là où je suis, assis sur ma pierre… Je reste ainsi, à méditer sur cet admirable effort. Tant de peine… tout cela en vain.

Après un bon moment passé ainsi, agréablement, mon oeil perçoit une scène… qui me foudroie sur place. Venant de la direction qu’avait prise la fourmi ayant dû renoncer, je vois arriver deux fourmis, ne semblant nullement hésiter sur leur piste. Elles parviennent à la grosse graine, et hop! elles remettent ça, à deux. Je les vois repartir ainsi, vers la direction initiale, poursuivant sans relâche leur tâche, poussant, tirant. De cette façon, elles transportent sur quelques mètres de plus leur précieux butin, puis leur chemin les fait passer sous de grands épineux, et je dois renoncer à les suivre plus avant.

_Deux_ fourmis… Et si l’une des deux était celle qui avait semblé renoncer, pour, en fait, aller chercher une collègue?

Émerveillé par cette perspective, je reprends ainsi le fil de ma méditation… et soudain je réalise: quand la fourmi avait abandonné sa besogne démesurée, n’avais-je pas été pris d’un hochement de tête malheureux — n’avais-je pas pensé: courageuse et travailleuse, mais bien peu raisonnable, en définitive, la petite bête… Elle s’était astreinte à une tâche impossible. Comme souvent moi-même, quoi.

J’aurais pu continuer sur cette première pensée, grave mais quelque peu triviale. Par hasard toutefois (aussi par sentiment de bien-être, sous le petit soleil agréable!), j’étais resté assez longuement sur place… alors que rien ne se passait, apparemment. Et là, par chance, j’avais eu l’occasion de voir plus loin, plus profond, par delà les limites usuelles de mon propre temps et de mon propre espace. Et celles de mon espèce.

En tant qu’observateur de hasard, je m’interroge. Combien de fois des animaux, en tant qu’individus, voire des humains appartenant à des sociétés primitives, n’ont-ils pas été ainsi sous-estimés, à cause d’un décalage entre leur temps d’accomplissement d’une besogne, et celui imparti à l’observation qu’on en menait? Pourtant, si l’observateur ne gère pas son propre espace-temps à l’instar de celui des êtres qui s’activent sous son regard, comment pourrait-il saisir, pleinement, le déroulement d’une action de ces individus ou de ces organismes?

Je frémis: et qu’en est-il des plantes et des champignons?… Comment notre aptitude normale d’attention et d’appréciation des choses pourrait-elle permettre de percevoir, de concevoir les capacités de réalisation de leurs organismes individuels?… De leurs processus actifs dans le long terme…

  1. Écouter les doux

Dans une réunion, ceux aux propos desquels il convient de prêter plus particulièrement attention sont ceux-là qui parlent doucement, sans élever la voix mais sans marmonner pour autant, et qui semblent avoir le regard fixé à trente centimètres de leur nez.

Ces introvertis s’avèrent souvent très concentrés sur ce qu’ils disent, et pas sur l’effet de leurs paroles… Ils ne parlent pas volontiers.

D’habitude, on ne les écoute guère, alors qu’on aurait tout intérêt à le faire, et attentivement… Ils ont vraiment quelque chose à dire, eux.

  1. Insondable mystère…

Pendant trois années, nous avons assisté dans notre rue à un étrange manège. Quel était le secret de ce chat, plus vraisemblablement une chatte, qui emportait presque chaque jour une feuille de platane?

Elle la transportait triomphalement, en la tenant soigneusement par sa tige. Qu’en faisait-elle, quel sens accordait-t-elle à cet acte, inattendu pour les observateurs, qu’elle pratiquait avec un sérieux et un bonheur évidents? Sens du confort amélioré pour son nid? De la décoration pour celui-ci? Goût de la collection? Insondable mystère…

  1. L’action du vent

Remarkable Rocks, Kangaroo Island. Un paysage minéral. De grands rochers sculptés par les intempéries. Ils sont colossaux, ils semblent immuables… mais en fait, certains sont lentement mus par le vent: un panneau indique la position d’un de ces rocs il y a un siècle à peine, il a été déplacé de plusieurs décimètres!

Dans ce décor où les sons se limitent au vent et au ressac, on peut méditer. Je pense à certains animaux que j’ai pu observer, à certaines personnes que j’ai pu croiser. Il y a des individus efficaces dont l’action est comme celle du vent: on ne la perçoit que rarement, le plus souvent on n’en voit que les effets sur la durée. Brise légère, mais persévérante, façonnant des montagnes, ou déplaçant des masses inertes, sur le très long terme…

_Le vent souffle où il veut… tu l’entends, mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va.___

Tiens, des gros nuages noirs, au sud… Parfois, la brise se mue en ouragan, renversant tout.