Interview ‘Misery gives us strength’: Soolking, the rap voice of young Algeria

‘Misery gives us strength’: Soolking, the rap voice of young Algeria

His tracks have been streamed billions of times, with Liberté becoming an anthem for Algerian freedom. And having been an undocumented migrant, Soolking’s own liberty is hard won

 ‘I wanted to succeed a bit in music. I never thought it would be like this’ … Algerian rapper Soolking. Photograph: Fifou

Thirty-year-old Algerian rapper Soolking was just hitting his stride before the world was put on lockdown. His commercially appealing blend of pop, reggaeton and Algerian raï (think Arabic and then add Auto-Tune) has generated a dizzying one billion streams on YouTube, with millions of them generated in the UK; hailing from the small coastal neighbourhood of Staouéli in Algiers and now living in Paris after time spent there as an undocumented migrant, his story crosses borders and generations.

Thankfully, the technology that has helped his music travel also means that I can speak to him while we are in lockdown in our respective countries. Speaking from the sofa in his Paris apartment, he explains what took him to France in 2013. “The dream was to succeed,” he says. “I wanted to succeed a bit in music, at least, but I never thought it would be like this.”

But Soolking is not just another rapper with big numbers on streaming platforms. His music has come to be a source of pride for a nation who up until just a few weeks ago had been taking to the streets every week to protest since early last year, when Abdelaziz Bouteflika announced his candidacy for a fifth presidential term. Overwhelming public pressure forced him to resign, but protests against the regime continued as young people in particular kept pushing for a better quality of life. With two-thirds of Algerians under the age of 30, many have only ever known the country with Bouteflika in charge, and are looking for new voices that can speak to them.

Soolking is one of them. One journalist for El Watan, the main newspaper in Algeria went as far as saying “for young Algerians, he is on a level in terms of image with Riyad Mahrez”, the national football captain and Premier League star.

Pinterest
Soolking – Liberté ft Ouled El Bahdja

Soolking’s song Liberté became an unofficial anthem of the protests. “I write because we are the golden generation,” he sings. “Free all those that are taken hostage / That’s all we have, all we have is freedom.” I went to Algeria last year and saw the protests one Friday, where thousands of people flooded the streets, young people passionately belting out the lyrics to this song, waving the Algerian flag: a poignant memory.

“It is nice to see,” he says humbly, though he accepts that the song has been reclaimed by the people. “It’s not a Soolking song any more. It’s a song for young people, and the original version comes from Ouled El Bahdja, a group which makes music in football stadiums. I wrote the lyrics, re-did the music a bit with them and it has become more than a stadium song – it has become an international song.”

Talking about a song called “Freedom” during a lockdown seems ironic, so I wonder what he thinks the word means at the moment. “Freedom is doing what you want, where you want, living where you want, being who you want, being free.” He pauses a moment, before adding: “Of course there are limits. You can’t do bad things. But it is about living the life you want … I feel free and freedom is priceless.”

While lockdown presents limitations and frustrations, especially for an artist who should be out promoting a new album and lining up tour dates, Soolking has already known a lack of freedom, including when he was living in the shadows as an undocumented immigrant: harraga, as we say in Arabic.

“You can’t do anything without papers,” he says. “You can’t travel; if you go in the street and get caught you can get put in jail or they can deport you. But I didn’t feel that too much because I’m a calm person. I don’t make problems, I work, I don’t go out a lot.”

There are a number of popular artists in France who are second-generation Algerian immigrants – Sofiane, Rim’K, Lacrim, and Ademo and NOS, the brothers who make up vastly successful rap duo PNL, for example – but Soolking was born in Algeria, and his struggle to success makes him hugely relatable to a young audience there.

He sees his circumstances as having set him up to work hard for the life he wants: “For the people back home life’s so hard that going to another country without papers, a house or anything at all is do-able because they live in such precarious circumstances, with poverty and difficult lifestyles. That is strength – misery gives us strength.”

That strength is evident in Soolking’s more heartfelt songs, such as Guérilla. A powerful 2018 French radio performance cemented his name as a big player in the music scene and racked up over a quarter of a billion views on YouTube. “I dreamed that we weren’t poor any more and that our sad stories were nothing but words,” he sings.

Soolking feat. Ouled El Bahdja – Liberté [Clip Officiel] Prod by Katakuree

With all the nostalgic throwbacks, I ask him what he misses of Algeria. “My parents, that’s all. France is pretty similar to Algeria in many ways.” What about Algerian culture? “Well, exactly, the culture is what? Religion, Ramadan, and those things. For me, my parents are what carry the culture and religion in the family, so I don’t really miss anything else.”

Retrouver l’article original sur le site du Guardian

 

La mélancolie du Maknine – Seham Boutata

L’Algérien est un éleveur d’oiseaux par tradition, et celui qui a sa préférence est sans aucun doute le chardonneret. Présent dans toutes les maisons, le maknine – de son petit nom algérien – est convoité depuis des générations pour son chant exceptionnel et sa beauté. Malheureusement, aujourd’hui, il ne vit presque plus à l’état sauvage : urbanisation, pesticides, chasse sans répit sont autant de causes de sa disparition. Seham Boutata est allée des deux côtés de la Méditerranée à la rencontre des membres de la ” confrérie du chardonneret “. Alors que l’animal se fait plus rare, la prégnance de la passion qu’il suscite dessine en miroir une société complexe. Ecoutons l’oiseau : aucun autre chant ne nous raconte mieux l’histoire de l’Algérie, de la colonisation aux mouvements de libération. Française d’origine algérienne, Seham Boutata a d’abord produit deux documentaires radiophoniques diffusés sur France Culture : Le Chant du chardonneret, dans l’émission ” Une histoire particulière “, et L’Elégance du chardonneret, dans la case ” Création on air “. Son récit littéraire prend appui sur ce travail d’enquête en le prolongeant jusqu’au mouvement Hirak de février 2019 et à l’incroyable élan démocratique qui souffle sur l’Algérie.

 

Prix : 30chf

L’auteur algérien, Abdelouahab Aissaoui reçoit le Prix international de la fiction arabe

La mélancolie du Maknine – Seham Boutata

L’Algérien est un éleveur d’oiseaux par tradition, et celui qui a sa préférence est sans aucun doute le chardonneret. Présent dans toutes les maisons, le maknine – de son petit nom algérien – est convoité depuis des générations pour son chant exceptionnel et sa beauté. Malheureusement, aujourd’hui, il ne vit presque plus à l’état sauvage : urbanisation, pesticides, chasse sans répit sont autant de causes de sa disparition. Seham Boutata est allée des deux côtés de la Méditerranée à la rencontre des membres de la ” confrérie du chardonneret “. Alors que l’animal se fait plus rare, la prégnance de la passion qu’il suscite dessine en miroir une société complexe. Ecoutons l’oiseau : aucun autre chant ne nous raconte mieux l’histoire de l’Algérie, de la colonisation aux mouvements de libération. Française d’origine algérienne, Seham Boutata a d’abord produit deux documentaires radiophoniques diffusés sur France Culture : Le Chant du chardonneret, dans l’émission ” Une histoire particulière “, et L’Elégance du chardonneret, dans la case ” Création on air “. Son récit littéraire prend appui sur ce travail d’enquête en le prolongeant jusqu’au mouvement Hirak de février 2019 et à l’incroyable élan démocratique qui souffle sur l’Algérie.

 

Prix : 30chf

Ecorces – Hajar Bali

A Alger, Nour, 23 ans, vit dans un petit appartement avec son arrière-grand-mère Baya, sa grand-mère Fatima et sa mère Meriem. Le jeune homme tente d’échapper à l’ambiance familiale étouffante. Il rencontre Mouna, une femme mystérieuse qui pourrait ne pas être celle qu’elle prétend. A son insu, Nour est pris au piège des secrets bien gardés de Baya. Premier roman.

 

Prix : 30chf

Algérie, la nouvelle indépendance – Jean-Pierre Filiu

L’historien décrit les actions du hirak, mouvement révolutionnaire et pacifique érigé contre la réélection du président algérien Bouteflika, et la manière dont cette insurrection s’inscrit dans la lutte historique du peuple algérien pour la démocratie.

 

Prix : 24chf

Les petits de Décembre – Kaouther Adimi

C’est un terrain vague, au milieu d’un lotissement de maisons pour l’essentiel réservées à des militaires. Au fil des ans, les enfants du quartier en ont fait leur fief. Ils y jouent au football, la tête pleine de leurs rêves de gloire. Nous sommes en 2016, à Dely Brahim, une petite commune de l’ouest d’Alger, dans la cité dite du 11-Décembre. La vie est harmonieuse, malgré les jours de pluie qui transforment le terrain en surface boueuse, à peine praticable. Mais tout se dérègle quand deux généraux débarquent un matin, plans de construction à la main. Ils veulent venir s’installer là, dans de belles villas déjà dessinées. La parcelle leur appartient. C’est du moins ce que disent des papiers « officiels ». Avec l’innocence de leurs convictions et la certitude de leurs droits, les enfants s’en prennent directement aux deux généraux, qu’ils molestent. Bientôt, une résistance s’organise, menée par Inès, Jamyl et Mahdi. Au contraire des parents, craintifs et résignés, cette jeunesse s’insurge et refuse de plier. La tension monte, et la machine du régime se grippe. A travers l’histoire d’un terrain vague, Kaouther Adimi explore la société algérienne d’aujourd’hui, avec ses duperies, sa corruption, ses abus de pouvoir, mais aussi ses espérances. Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi vit désormais à Paris. Après deux premiers livres, L’Envers des autres (prix de la Vocation 2011) et Des pierres dans ma poche, elle connaît un important succès avec Nos richesses (Prix Renaudot des lycéens), paru au Seuil en 2017, évocation du légendaire libraire et éditeur Edmond Charlot

 

Prix : 31chf

Festival de Cannes : le Maghreb en force

Festival de Cannes : le Maghreb en force

Pas moins de cinq films de cinéastes maghrébins sont présents dans les quatre sélections cannoises. La confirmation d’un renouveau certain du 7e art dans la région.

Par notre correspondant à Tunis, Benoît DelmasPublié le 12/05/2019 à 14:21 | Le Point.fr

Avec Venise et Berlin, Cannes est un baromètre de la création cinématographique mondiale. Chaque année, les films choisis composent une photographie des lignes de forces du cinéma des cinq continents. Les quatre sélections dévoilées à la mi-avril (Compétition pour la palme d’or, Un Certain regard, la Semaine de la critique, la Quinzaine des réalisateurs) proposeront deux films marocains, deux films algériens et une œuvre tunisienne. Plus au sud, le Sénégal sera en lice pour la palme d’or avec la réalisatrice Mati Diop pour son premier film Atlantique. La dernière présence d’un film sénégalais à Cannes, pour la palme d’or, date de 1992 : Djibril Diop Mambéty y avait concouru avec Hyènes, considéré par Martin Scorsese comme une œuvre phare de l’histoire du cinéma. Le jury pour la palme d’or sera cette année présidé par le Mexicain Alejandro González Iñárritu, auteur de Babel, oscarisé pour Birdman et Le Revenant avec Leonardo DiCaprio.

Le renouveau algérien

Mounia Meddour présentera son second long-métrage, Papicha, dans la salle Debussy du Palais des Festivals. Elle intègre la sélection officielle à travers Un Certain regard. Une catégorie souvent considérée comme l’antichambre de la course à la palme d’or. Cette coproduction franco-algéro-belge sera distribuée en France par Jour2fête qui vient de sortir avec succès le J’veux du soleil du député France insoumise François Ruffin. Un peu plus loin du Palais, à un jet de cocktail du Carlton, La Semaine de la critique, dont Charles Tesson est le sélectionneur, présente des premiers et des seconds films. Amin Sidi-Boumédiène y signera Abou Leila. Tourné pour bonne part dans le Grand Sud, c’est le récit d’une chasse à l’homme terroriste par deux amis d’enfance. L’an dernier, deux films présentés dans cette sélection ont fait une très belle carrière, obtenant moult césar : le Guy d’Alex Lutz et Schéhérazade de Jean-Bernard Merlin. Aller à la Critique est l’assurance d’une forte curiosité critique et médiatique.


Le Maroc consolide

L’actrice et scénariste Maryam Touzani passe le cap de la réalisation avec succès. Le délégué-général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, a retenu Adam en sélection officielle, catégorie Un Certain regard. Elle est l’auteur de deux courts-métrages et la coscénariste et interprète de Razzia, film choral de Nabil Ayouch qui a connu un grand succès au Maroc. L’auteur de Much Loved – interdit dans son pays – est le producteur d’Adam. Le premier long-métrage d’Alaa Eddine Aljem, Le Miracle du Saint Inconnu, aura quant à lui les honneurs de la Semaine de la critique avec un synopsis prometteur. Un voleur cache son important butin sur une colline désertique. À sa sortie de prison, des années plus tard, il découvre qu’un mausolée a été construit au même endroit. Il va lui être difficile de récupérer son magot. Les deux films marocains concourent pour la Caméra d’Or qui récompense un premier film présenté dans les quatre sélections. Jim Jarmusch, Jafar Panahi ou Naomi Kawase ont obtenu ce prix prestigieux.

La Tunisie, une habituée de Cannes

Depuis plusieurs années, Cannes déroule son tapis rouge à une jeune génération de cinéastes tunisiens. La Belle et la meute de Kaouther Ben Hania en 2017, Weldi de Mohamed Ben Attia en 2018 et désormais Ala Eddine Slim en 2019 avec Tlamess. Son premier film, The Last of Us, avait frappé les esprits au Festival de Venise 2016. Il y avait obtenu le Lion du futur. Une récompense que confirme cette sélection à la Quinzaine des réalisateurs.

Yasmina Khadra en film d’animation

Pour sa part, le romancier algérien Yasmina Khadra verra l’adaptation des Hirondelles de Kaboul projeté en sélection officielle. Ce film d’animation, cosigné par Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec, suscite une forte curiosité dans le métier. Le film sortira le 4 septembre en France.

Les Terrasses – un film de Merzak Allouache

Merzak Allouache porte un regard audacieux et sans concession sur l’Algérie d’aujourd’hui, sans jamais se perdre dans les méandres obscurs de son sujet.

De l’aube à la nuit au rythme des appels à la prière. Une foule étonnante grouille et s’agite sur les terrasses d’Alger. Des espaces clos, devenus miroirs à ciel ouvert des contradictions, de la violence, de l’intolérance, des conflits sans fin qui minent la société algérienne.

 

Réalisateur : Merzak Allouache

Acteurs : Adila Bendimerad

Algérie – version arabe sous titrée français – 1h31

 

L’Enfant de l’oeuf – Amin Zaoui

Je voyage en France sans visa, juste un petit dossier médical. Ils savent, les Français, que je ne suis pas un terroriste, ni un islamiste de Daech ! Je suis Harys descendant du chien guide des sept dormants ! Je respecte la laïcité, les valeurs républicaines et je consomme de la bière Heineken.
Harys, le narrateur, est un bon chien, un caniche qui aime son maître, qui aime ses chaussettes puantes, son haleine parfumée au vin rouge, sa voix quand il chante Bécaud. Ils habitent tous deux à Alger et son maître a pour maîtresse une chrétienne réfugiée de Damas, au corps vibrant de désir et à l’âme bouleversée par la guerre. Ce trio bancal, cacophonique, passionné, tient le journal de sa lente destruction dans une Algérie rongée par l’islamisme des Tartuffes.
Magnifique, douloureux et fantasque, tel est L’Enfant de l’œuf, neuvième roman d’Amin Zaoui où l’auteur, avec un plaisir et une méthode qui rappelle le Sade de La Philosophie dans le boudoir, s’en prend systématiquement à toutes les formes d’autorité, au nom de la liberté.

 

Prix : 30.-