Le pouvoir de la musique : Une enfance entre pierres et violon en Palestine -Sandy Tolan

Biographie du violoniste professionnel Ramzi Abu Redouane, qui passa son enfance dans un camps de réfugiés avant de fonder une école de musique visant à soutenir la jeunesse palestinienne.

 

Prix : 29chf

Ainsi parlait ma mère – Rachid Benzine

Chaque fois qu’elle a besoin d’apaisement, la mère du narrateur, ne sachant pas lire, lui demande de lui faire la lecture du roman «La peau de chagrin» de Balzac.

A travers cet ouvrage, ce dernier prend conscience de la puissance de la littérature. Premier roman.

 

Prix : 22chf

L’échelle de la mort – Mamdouh Azzam

Salma, accusée d’avoir souillé la dignité familiale, est condamnée par ses proches à une mort lente dans la solitude d’une cave. Un roman sur la permanence des crimes dits d’honneur et sur l’absence de compassion qui les caractérise.

Prix : 20chf

La peur au milieu d’un vaste champ et autres nouvelles – Mustafa Taj Aldeen Almosa

Dans cette anthologie de nouvelles issues de six recueils publiés entre 2012 et 2019, le surnaturel apparaît brusquement à des Syriens ordinaires dans des lieux banals, sous la forme d’un fantôme, d’un génie ou encore d’un animal doué de raison.

 

Prix : 31chf

10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange – Elif Shafak

Leila, une jeune prostituée, est assassinée dans une rue d’Istanbul et son corps jeté dans une poubelle. Durant 10 minutes et 38 secondes exactement, son esprit continue de fonctionner. Elle se remémore alors comment, issue d’une bonne famille, elle a quitté l’Anatolie pour se retrouver dans les quartiers les plus mal famés de la ville.

 

Prix : 38chf

Le Dernier Syrien – Omar Youssef Souleimane

Youssef, Mohammad et Khalil incarnent trois visages de la Syrie à l’aube du Printemps arabe. Ils se réunissent chez Joséphine, une jeune Alaouite pour partager leur vision de l’avenir, leurs rêves et leurs espoirs. Entre ces quatre personnages, une partition amoureuse se joue. Portrait de cette jeunesse entre homosexualité et tradition, civilisation et oppression. Premier roman.

Prix : 31chf

Le jihadisme français : Quartiers, Syrie, prisons – Hugo Micheron

Se fondant sur 80 entretiens de jihadistes incarcérés, l’auteur reconstitue la structuration des réseaux et des territoires du jihad, cinq ans après les attentats qui ont ensanglanté le pays. Il met en évidence les interactions constantes entre le monde pénitentiaire et les cités des banlieues populaires ainsi que les bouleversements engendrés par le 11 septembre et les crimes de M. Merah.

 

Prix : 35chf

Iran immortel – Kares Le Roy

Un panorama des territoires reculés d’Iran, notamment le Baloutchistan, où le photographe s’est aventuré pendant dix ans et où il a partagé le quotidien des habitants.

 

Prix : 61chf

Piment – Sophie Dupuis-Gaulier

Trente types de piments sont présentés et accompagnés de 75 recettes, traditionnelles ou plus originales, classées par niveau de saveur (leur gradation est indiquée d’après l’échelle de Scoville). Avec une grande planche anatomique du piment.

 

Prix : 51 chf

Quatre idiots en Syrie – Christophe Donner

En juillet 1920, le général Gouraud entre à Damas à la tête de ses troupes. Il vient de mater dans le sang la révolte des nationalistes syriens. Le nom de Gouraud est désormais maudit. Un siècle plus tard, répondant à l’invitation des organisateurs du Festival du cheval, l’écrivain Jean-Louis Gouraud se rend à Damas en compagnie de trois de ses amis français, dont Christophe Donner. Les quatre visiteurs se sentent privilégiés de pouvoir découvrir ce pays ravagé par huit années de guerre civile, mais très vite, une ombre plane sur cette virée quelque peu macabre. Car de haras en mausolées, et de meetings en talk-shows télévisuels, on les promène dans une étrange mystification : Jean-Louis Gouraud serait le petit-fils du général honni venu s’excuser devant le tombeau de Saladin pour tout le mal que son ancêtre a fait à la Syrie. Problème : le général Gouraud n’a jamais eu d’enfant. Ainsi, le Festival du cheval était le “village Potemkiner” dans lequel les quatre Français étaient supposés tenir le rôle d’idiots utiles au régime de Bachar el-Assad. De ce traquenard, chacun va devoir se tirer à sa manière. Pour Christophe Donner, c’est en écrivant ce livre.

 

Prix : 29chf