Les Terrasses – un film de Merzak Allouache

Merzak Allouache porte un regard audacieux et sans concession sur l’Algérie d’aujourd’hui, sans jamais se perdre dans les méandres obscurs de son sujet.

De l’aube à la nuit au rythme des appels à la prière. Une foule étonnante grouille et s’agite sur les terrasses d’Alger. Des espaces clos, devenus miroirs à ciel ouvert des contradictions, de la violence, de l’intolérance, des conflits sans fin qui minent la société algérienne.

 

Réalisateur : Merzak Allouache

Acteurs : Adila Bendimerad

Algérie – version arabe sous titrée français – 1h31

 

Le Chanteur de Gaza – un film de Hany Abu-Assad

Un jeune Palestinien prend son destin en main pour réaliser son plus grand rêve : chanter. L’incroyable et véritable histoire de Mohammed Assaf défie l’entendement.

 

Réalisateur : Hany Abu-Assad

Acteurs : Tawfeek Barhom, Kais Attalah, Hiba Atallah

Palestine – 1h38

 

Les Chevaux de Dieu – un film de Nabil Ayouch

Yassine a 10 ans lorsque le Maroc émerge à peine des années de plomb. Sa mère, Yemma, dirige comme elle peut toute la famille. Un père dépressif, un frère à l’armée, un autre presque autiste et un troisième, Hamid, petit caïd du quartier et protecteur de Yachine. Quand Hamid est emprisonné, Yachine enchaîne les petits boulots. Pour les sortir de ce marasme où règnent violence, misère et drogue, Hamid, une fois libéré et devenu islamiste radical pendant son incarcération, persuade Yachine et ses copains de rejoindre leurs “frères”. L’Imam Abou Zoubeir, chef spirituel, entame alors avec eux une longue préparation physique et mentale. Un jour, il leur annonce qu’ils ont été choisis pour devenir des martyrs…

Réalisateur : Nabil Ayouch

Adapté du roman de Mahi Binebine “Les Etoiles de Sidi Moumen”

Acteurs : Abdelhakim Rachid, Abdelilah Rachid, Hamza Souideq et Ahmed El Idreissi Amrani

France/Maroc/Belge – français/arabe dialectal marocain – 1h55

 

 

Much Loved – un film de Nabil Ayouch

Marrakech, aujourd’hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant.

Interdit aux moins de 12 ans

Réalisateur : Nabil Ayouch

Acteurs : Loubna Abidar, Asmaa Lazrak, Halima Karaouane, Sara Elmhamdi Elalaoui et Abdellah Didane

France/Maroc – français/arabe – 1h44

 

Ne m’abandonne pas – un film de Xavier Durringer

Le jour où Inès, médecin urgentiste, découvre que Chama, 17 ans, a épousé sur internet un djihadiste et qu’elle s’apprête à le rejoindre en Syrie, sa vie bascule. Pour tenter de sauver sa fille de l’embrigadement dont elle est victime, Inès ira jusqu’à la séquestrer dans une maison loin de tout. Mais Chama, totalement endoctrinée, n’a pas l’intention de renoncer à ce qu’elle croit être sa destinée… Pour Inès, c’est le début d’un long combat.

Réalisateur : Xavier Durringer

Acteurs : Lina El Arabi, Samia Sassi, Samia Bouajila, Marc Lavoine

France – 1h30

 

Clash – un film de Mohamed Diab

Le Caire, été 2013, deux ans après la révolution égyptienne. Au lendemain de la destitution du président islamiste Morsi, un jour de violentes émeutes, des dizaines de manifestants aux convictions politiques et religieuses divergentes sont embarqués dans un fourgon de police. Sauront-ils surmonter leurs différences pour s’en sortir ?

 

Réalisateur : Mohamed Diab

Acteurs : Nelly Karim, Hani Adel, Ahmed Malekm May Elghety, El Sabaii Mohamed

Egypte – version originale sous-titrée français – 1h37

 

Les mille et une nuits

Huit contes des Mille et Une Nuits mis en lumiere dans de superbes illustrations en papiers decoupes. Une plongee fabuleuse dans les merveilles de lOrient ressuscitees par les scenes magiques dHelene Druvert.

 

Prix : 35.-

Ce que le mirage doit à l’oasis – Yasmina Khadra, oeuvres de Lassaâd Metoui

«Mon histoire avec le livre, le désert et les Hommes, c’est l’histoire d’un partage, l’histoire d’un amour vieux comme le monde, l’amour du rêve…»

Ainsi parle Yasmina Khadra qui entreprend de raconter le désert, comme il l’a connu dès son enfance, en Algérie. Dans cet exercice d’autofiction, le célèbre romancier emmène le lecteur dans l’immensité des lieux, si arides en apparence et pourtant si vivants, où la musique rythme la poésie et les mirage accouchent toujours d’oasis.

 

Prix : 35.-

L’Enfant de l’oeuf – Amin Zaoui

Je voyage en France sans visa, juste un petit dossier médical. Ils savent, les Français, que je ne suis pas un terroriste, ni un islamiste de Daech ! Je suis Harys descendant du chien guide des sept dormants ! Je respecte la laïcité, les valeurs républicaines et je consomme de la bière Heineken.
Harys, le narrateur, est un bon chien, un caniche qui aime son maître, qui aime ses chaussettes puantes, son haleine parfumée au vin rouge, sa voix quand il chante Bécaud. Ils habitent tous deux à Alger et son maître a pour maîtresse une chrétienne réfugiée de Damas, au corps vibrant de désir et à l’âme bouleversée par la guerre. Ce trio bancal, cacophonique, passionné, tient le journal de sa lente destruction dans une Algérie rongée par l’islamisme des Tartuffes.
Magnifique, douloureux et fantasque, tel est L’Enfant de l’œuf, neuvième roman d’Amin Zaoui où l’auteur, avec un plaisir et une méthode qui rappelle le Sade de La Philosophie dans le boudoir, s’en prend systématiquement à toutes les formes d’autorité, au nom de la liberté.

 

Prix : 30.-

Averroès ou le secrétaire du diable – Gilbert Sinoué

Né en 1126 à Cordoue, il a connu la gloire puis la disgrâce, le respect des puissants puis l’exil et la clandestinité. Il a contribué à la légende de l’Andalousie musulmane, mais il a payé au prix fort les audaces de sa pensée.
Ses idées seront tout aussi violemment condamnées par l’Église que par les théologiens musulmans qui lui reprocheront – hérésie suprême – d’oser aborder la foi avec la raison, de refuser l’aveuglement dogmatique et l’usage des textes sacrés pour le seul bénéfice de quelques-uns. Traité en paria, menacé, c’est haï de tous qu’il mourra à Marrakech, à soixante-douze ans. Mais des siècles plus tard son œuvre demeure plus vivante que jamais.
Il s’appelait Averroès.

 

Prix : 35chf