QUELLE PROTECTION POUR LES MINORITÉS MENACÉES EN SUISSE AU-DELA DU VOTE DU 9 FÉVRIER 2020 ?

When:
3 February 2020 @ 19 h 00 – 21 h 15
2020-02-03T19:00:00+01:00
2020-02-03T21:15:00+01:00
Where:
Salle Mahatma Ghandi Maison des associations
Rue des Savoises 15
1205 Genève
Switzerland
Cost:
Free
Contact:
Emmanuel Deonna

Intervenants :

Christina Kitsos
Chargée des affaires migratoires au Département de l’instruction publique, conseillère municipale et candidate au Conseil administratif de la Ville de Genève, PS

Alia Chaker Mangeat
Avocate, conseillère municipale et candidate au Conseil administratif de la Ville de Genève, PDC

Muriel Waeger
Co-directrice de la campagne contre les discriminations

Didier Bonny
Co-président de la Fédération romande des associations LGBTIQ

Albana Krasniqi
Membre de la Commission fédérale des migrations et du bureau de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (section Genève)

Hafid Ouardiri
Directeur, Fondation de l’entreconnaissance

Dr. Kanyana Mutombo
Directeur, Université populaire
africaine

Modération :
Pascal Schouwey
Journaliste

Conformément à l’article 160 alinéa 1 de la Constitution et à l’article 107 de la loi sur le Parlement, le Conseiller national Mathias Reynard a déposé l’initiative parlementaire suivante :
Modification de l’article 261bis du Code pénal

DISCRIMINATION ET INCITATION À LA HAINE
Celui qui, publiquement, aura incité à la haine ou à la discrimination envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance raciale, ethnique, religieuse ou de leur orientation sexuelle ; celui qui, publiquement, aura propagé une idéologie visant à rabaisser ou à dénigrer de façon systématique les membres d’une communauté fondée sur l’appartenance à une race,à une ethnie ou à une religion ou sur l’orientation sexuelle ; celui qui, dans le même dessein, aura organisé ou encouragé des actions de propagande ou y aura pris part ; celui qui aura publiquement, par la parole, l’écriture, l’image, le geste, par des voies de fait ou de toute autre manière, abaissé ou discriminé d’une façon qui porte atteinte à la dignité humaine une personne ou un groupe de personnes en raison de leur race, de leur appartenance ethnique, de leur religion ou de leur orientation sexuelle ou ou cherchera à justifier un génocide ou d’autres crimes contre l’humanité ;
celui qui aura refusé à une personne ou à un groupe de personnes, en raison de leur appartenance raciale, ethnique, religieuse ou de leur orientation sexuelle, une prestation destinée à l’usage public, sera puni d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply