The Perfect Candidate – Un film de Haifaa Al-Mansour

The Perfect Candidate

De la réalisatrice saoudienne Haifaa Al-Mansour

Maryam est médecin dans la clinique d’une petite ville d’Arabie saoudite.
Alors qu’elle veut se rendre à Riyad pour candidater à un poste de chirurgien dans un grand hôpital, elle se voit refuser le droit de prendre l’avion.
Célibataire, il lui faut une autorisation à jour signée de son père, malheureusement absent.
Révoltée par cette interdiction de voyager, elle décide de se présenter aux élections municipales de sa ville.
Mais comment une femme peut-elle faire campagne dans ce pays ?

En salle dans les cinémas de Suisse dès le 8 avril 2020

 

Haifaa al-Mansour est née au sein d’une famille libérale. Son père est poète et consultant juridique. Elle est la huitième d’une famille de douze enfants (cinq garçons, sept filles). Ses parents la laissent partir étudier la littérature comparée à l’université américaine du Caire en Égypte où elle décroche une licence d’art.

Haifaa al-Mansour retourne en Arabie Saoudite et de 2000 à 2008, elle enseigne l’arabe et l’anglais dans une compagnie pétrolière. Affectée au département communication de l’entreprise, elle y découvre la production audiovisuelle et s’en passionne.Elle réalise trois courts-métrages entre 2004 et 2005 : Who?The Bitter Journey, et The Only Way Out.

En 2005, munie d’une caméra DV, elle tourne discrètement avec sa sœur un documentaire, Women Without Shadows (Femmes sans ombre), qui est ensuite sélectionné au festival d’Abou Dabi. Le film crée la polémique car un religieux y affirme devant la caméra que l’islam n’oblige pas les femmes à se voiler.

Installée à Sydney où son mari est en poste, elle obtient un Master en direction cinématographique. Première femme à tourner dans son pays, où le cinéma est proscrit, Haifaa al-Mansour réalise son premier long métrage Wadjda, tourné en 2012 et sorti en 2013. Le tournage se déroulant dans les rues de Riyad, la réalisatrice s’est souvent dissimulée dans un van d’où elle a dirigé le tournage à l’aide d’un talkie-walkie, car il aurait été mal vu de voir une femme diriger une équipe composée d’hommes.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply