LA PIÈCE MANQUANTE – THE MISSING PIECE

When:
3 July 2020 @ 13 h 00 – 5 July 2020 @ 18 h 00
2020-07-03T13:00:00+02:00
2020-07-05T18:00:00+02:00
Where:
GALERIE ANALIX FOREVER
Rue du Gothard 10
1225 Chêne-Bourg
Switzerland
Cost:
Free
Contact:
GALERIE ANALIX FOREVER
+41 79 200 90 36

LA PIÈCE

MANQUANTE

avec

Guillaume Chamahian, Frank Smith

Julien Serve et Randa Maddah

Commissaire Paul Ardenne

PROGRAMME DES VERNISSAGES
3 – 4 – 5 JUILLET

VENDREDI 3 JUILLET

18:00 – 21:00

en présence des artistes et du commissaire
Présentation de Terra Facta III de Véronique Caye, en présence
de et par l’artiste
19h   Ouverture de l’exposition «La Pièce manquante» par Robert Roth,
Professeur honoraire à la Faculté de Droit de l’Université de
Genève et ancien directeur de l’Académie de droit international
humanitaire et des droits humains.20h  Extraits du livre de Frank Smith, Syrie, l’invention de la guerre et Sednaya
Lecture par Paul Ardenne et Barbara Polla

 

SAMEDI 4 JUILLET

15:00 – 19:00

en présence des artistes et du commissaire

14h  Visite pour les étudiants du séminaire «Dire la Guerre» de et
avec Silvia Naef, Professeure à l’Unité d’arabe de l’Université de
Genève et directrice du Master Moyen-Orient (MAMO) du Global
Studies Institute et Nicolas Appelt, Assistant pour le MAMO
Extraits du livre de Frank Smith, Syrie, l’invention de la guerre
et Sednaya
Lecture par Paul Ardenne et Barbara Polla

15h30 Comment «Dire la Guerre», présentation par la Professeure
Silvia Naef

16h Conversation entre Paul Ardenne et les artistes, discussion
avec le public

 

 DIMANCHE 5 JUILLET

12:00 – 16:00

Lecture bilingue des poèmes de Maïss Alrim Karfoul, Vague Mont Ciseaux par Randa Maddah en arabe et Alain Bittar, Fondateur de la Librairie L’Olivier et directeur de l’ICAM, en français.
Présentation de Terra Facta III de Véronique Caye, en présence de et par l’artiste

EXPOSITON DU
07.07 au 25.07.2020

MARDI 7 JUILLET

18h00

à l’ICAM – L’Olivier

 

En partenariat avec Alain Bittar, la galerie Analix Forever vous convie également le mardi 7 juillet, à 18h,
au vernissage de l’exposition «Lignes de Fractures», avec Abdul Rahman Katanani et Julien Serve,
à L’Institut des Cultures Arabes et Méditerranéennes (ICAM), rue de Fribourg 5, 1201 Genève.
 Le 23 septembre 2020, Nicolas Appelt et Frank Smith donneront à l’ICAM une conférence publique sur le thème «Images-Message»

 

Randa Maddah, Light Horizon, 2012, 7’22”, video still
Openings July 3, 4 and 5
in the presence of the artists and the curator with presentations, talks, readings and debates

Exhibition: 07.07 – 25.07.2020

with Guillaume Chamahian, Frank Smith, Julien Serve and Randa Maddah

A project initiated by Guillaume Chamahian
Curator : Paul Ardenne

La Guerre civile syrienne et l’art-témoin – un écho du front des images et des mots

 

La Pièce manquante nous soumet, nous spectateurs, à de multiples interrogations. Une interrogation d’ordre général, d’abord : comment se fait la guerre, comment en vit-on, en meurt-on ? Une interrogation plus spécifique, ensuite, qui renvoie celle-là à l’esthétique : comment, d’un conflit guerrier, extraire des formes évitant le spectaculaire, le cliché, le racolage morbide ? La question de savoir, aussi, comment se construisent les témoignages en cours de conflits ? « La Pièce manquante » n’est ni une classique exposition « de guerre» , ni une exposition « documentaire », malgré la présence, l’analyse et le partage de nombreux documents.

Ce que montrent les artistes ici, ce qu’ils décodent, c’est davantage la construction et la distorsion des images par les acteurs de la guerre, la création de l’information, la fabrication de la communication, une vision « hors champ » de l’horreur de la guerre. (Paul Ardenne, historien et historien de l’art)

La Pièce manquante, c’est d’abord une série d’œuvres de Guillaume Chamahian. À partir de photographies de presse de la famille Bachar el-Assad, l’artiste a créé des puzzles. De ces puzzles il a retiré une pièce : le visage de Bachar el-Assad. Mais« La Pièce manquante», c’est aussi la maison, cette maison détruite que nous
montre Randa Maddah. C’est un flot ininterrompu de dépêches AFP comme un bruit de fond, un bruit sourd et fragmenté, une histoire émiettée, qu’entend et dessine Julien Serve. C’est les notions de preuves, de vérité et de témoignages qu’interroge enfin Frank Smith par la poésie forensique. C’est surtout ce qui manque, ce qui a manqué dans cette guerre : l’humanité elle-même. Ce sont les morts, les disparus, tout ce, tous ceux que la guerre a détruits.

 

The exhibition “The Missing Piece” addresses us, as spectators, multiple questions. A general one first: how is war “invented”, how is it made, how do we live with it, how do we die in it? A more specific question then, which refers to aesthetics: from a warlike conflict, how to extract forms that avoid the spectacular, the cliché and the morbid solicitation? ‘The Missing Piece” also addresses the issues of testimonials: how are those constructed during ongoing conflicts? Who are the witnesses? ‘The Missing Piece” is neither a classical “war exhibition” nor a documentary one, despite the display, analysis and sharing of numerous documents. What the artists show here, what they analyze, decode, transform, is the construction and distortion of images by the actors of war, the creation of information, the fabrication of communication. ‘The Missing Piece” proposes an “off-screen” vision of the horror of the war. (Paul Ardenne, historian and art historian)
What does the title of the exhibition, “The Missing Piece”, refer to? First of all, ‘The Missing Piece” is a series of works by Guillaume Chamahian using press photographs of the Bachar el-Assad family, the artist created puzzles. From these puzzles he removed one piece: Bachar el-Assad’s face. But ‘The Missing Piece” is also the home, the destroyed house that Randa Maddah shows in her video. lt is the uninterrupted stream of AFP
(Agence France Presse) dispatches, a background noise, a muffled, fragmented noise, a lost story that Julien Serve redraws. lt is the notions of proof, truth and testimony that Frank Smith adresses through forensic poetry. Above all, ‘The Missing Piece” is what is missing, what was missing in this war: humanity itself. The missing are the dead, the lost, everything, everyone that war has destroyed.

Frank Smith, La Fabrication des preuves, 2020, 17’, video still

LA PIECE MANQUANTE – PROGRAMME DES VERNISSAGES
ouvert du mercredi au vendredi, de 13h à 17h30
0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply