VU D’IRAN Accord sur le nucléaire : les Iraniens sont partagés

Les négociations sur le nucléaire entre l’Iran et le groupe 5 + 1 ont été prolongées jusqu’au 1er juillet 2015. Espoir d’une issue favorable pour les uns, échec de la méthode employée pour les autres : à Téhéran, les journaux sont divisés.

Courrier international | Ghazal Golshiri | 25 novembre 2014
La date butoir des négociations sur le dossier nucléaire de Téhéran avec le groupe 5 + 1 (les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne) a été, une fois de plus, repoussée de sept mois. Au lendemain [le 25 novembre] de cette nouvelle, les quotidiens iraniens sont partagés quant à l’analyse de cette décision.

Certains soutiennent, à l’instar du quotidien gouvernemental Iran, qu’il s’agit d' »une nouvelle chance pour la diplomatie ». D’autres, notamment les titres conservateurs, rappellent qu’ils avaient bel et bien prédit cet « échec » et qu’il est impossible de faire confiance aux Occidentaux.

« Prolongation de l’espoir »

Le quotidien réformateur Arman a publié sur sa une un dessin montrant le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, et son homologue américain, John Kerry, en train d’apposer le tampon « [Les pourparlers] ont été prolongés, 5+1 ». Arman rapporte également une phrase du président iranien, Hassan Rohani, qui s’est prononcé la veille à la télévision nationale sur le contentieux nucléaire : « Nous sommes vainqueurs et le monde n’a d’autre choix que de négocier avec l’Iran. »

Un autre titre réformateur, Aftab-é Yazd, a de son côté publié une grande photo prise à Vienne à la fin des pourparlers, qui montre les chefs de la diplomatie des six pays aux côtés de leur homologue iranien. La photo est accompagnée de ce titre : « La prolongation de l’espoir ». « Espoir » ayant été l’un des slogans du président Rohani lors de sa campagne présidentielle en juin 2013.

Echec pour l’Iran

« Même si la traversée du long tunnel miné des négociations avant la date butoir [le 24 novembre] était dans l’intérêt de la république islamique d’Iran, il est injuste d’interpréter cette prolongation comme un échec », soutient Javid Ghorban Oghli dans l’éditorial du quotidien réformateur Etemaad.

A en croire le quotidien ultraconservateur Kayhan, les négociateurs iraniens n’ont rien obtenu en essayant de rétablir la confiance des Occidentaux. « La vraie signification de cet incident est que nous sommes arrivés dans une impasse. Mais, puisque les parties ne veulent pas reconnaître que cela ne marche pas – à cause des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni –, elles acceptent de prolonger la date », peut-on lire dans l’éditorial du journal.

Plus provocateur, le quotidien conservateur Vatan-é Emrooz s’est contenté de ce grand titre : « Rien ! »

Désormais, les négociateurs doivent parvenir à un accord politique sur les grands axes à la fin mars 2015. Les questions plus détaillées sont à résoudre avant le 30 juin.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire