Jérusalem – Adonis

Personne ne sait plus rien, sauf le nom, Comme si les choses n’existaient que verbalement. L’écorce dévore la chair Et la poussière est l’autre nom du mystère. Des plus dures la misère de l’homme est dans tout cela : Il descend dans la bouteille du toi toi, Il remonte dans la fumée du à votre service à votre service. Et te voilà, Jérusalem-Urshalim, Glissant sur la glace du sens Et ton ciel avec diables et démons Errant sur les océans du langage.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply