Le Sourire du dormeur – Anthologie poétique / Nouri Al-Jarrah

Cette anthologie poétique couvre l’oeuvre de Nouri al-Jarrah, grand poète syrien, de 1988 à 2019. Le livre s’ouvre sur les écrits les plus récents, de longs poèmes en plusieurs chants, inspirés notamment de la mythologie grecque, et marqués par la tragédie syrienne, pour aboutir à l’un des premiers recueils du poète, quand sa voix commençait à acquérir sa propre tonalité. Nouri al- Jarrah est sans doute l’un des très rares poètes arabes vivants, sinon le seul, à marier avec bonheur l’épique et le lyrique, qui plus est dans une langue où transparaît son souci constant de la sonorité des mots.

 

Prix : 35CHF

La révolte au coeur – Maïa Brami

Un été incandescent dans la vie de la future Gisèle Halimi. Juillet 1945. Chaque matin, sous un soleil brûlant, Gisèle piétine devant la Résidence générale de Tunis, déterminée à obtenir le papier qui lui donnera des ailes : un ordre de mission avec Paris pour horizon. Car Gisèle veut étudier à la Sorbonne et devenir avocate. Elle veut lutter contre l’injustice, elle veut se battre pour le droit des femmes – deux combats qui s’enracinent dans son enfance. Face à la mer, l’été de ses 18 ans, Gisèle navigue dans ses souvenirs, le regard tourné vers l’avenir.

 

Prix : 28CHF

A quoi bon encore le monde ? La Syrie et nous – Catherine Coquio

Ce livre regroupe ses écrits sur la Syrie, parmi lesquels ses articles sur des auteurs Sindbad/Actes Sud, comme Yassin Al Haj Saleh, Moustafa Khalifé, Aram Karabet, Khaled Khalifa, Najah Albukai. Avec des références récurrentes aux grands textes littéraires sur la Shoa, le Goulag, le génocide arménien…

 

Prix : 35CHF

Syrie, le pays brûlé (1970-2021). Le livre noir des Assad – Collectif

Ce livre redonne une voix à celles et ceux que la dictature de Hafez puis Bachar al-Assad s’est employé, et s’emploie toujours, à faire taire en Syrie et ailleurs. Il documente et dénonce des crimes que beaucoup voudraient oublier malgré leurs liens directs avec nos propres hantises (crise de l’accueil migratoire, crispation identitaire, attentats djihadistes, invasion russe de l’Ukraine…). Dans la lignée des grands Livres noirs, il retrace précisément les faits : terreur, emprisonnements massifs, tortures systématiques, sièges des villes, bombardements chimiques, exterminations ethnico-confessionnelles, « assainissement » démographique, dont il éclaire les ressorts historiques, géopolitiques et sociaux. La révolution et la contre-révolution en Syrie nous révèlent certains fondamentaux de notre temps : à la fois la puissante aspiration à la liberté des sociétés longtemps brimées, la radicalisation sans retenue de toutes sortes de régimes autoritaires et l’affaissement des idéaux démocratiques dans les pays occidentaux. Au travers de témoignages, sous forme de récits, de textes littéraires, de photographies et de dessins, éclairés par les analyses des spécialistes des conflits du Proche-Orient ou des violences de masse, cet ouvrage d’une ampleur inédite, fait donc oeuvre de mémoire, d’histoire et d’avertissement. Contre le négationnisme, la banalisation, l’indifférence ou le silence. Et contre l’impunité de ceux qui, en exécutant leur mot d’ordre « Assad ou on brûle le pays » , ont mis la Syrie à feu et à sang.

 

Prix : 60CHF

Etoile d’août – Sonallah Ibrahim

Dans la chaleur torride de l’été, le narrateur prend le train du Caire à Assouan. C’est l’époque glorieuse du Haut-Barrage édifié par Nasser. Les maîtres de la Technique transforment la nature comme le sculpteur métamorphose le marbre. Mais l’irrépressible vocation de l’Egypte à la démesure du monumental confirme la bureaucratie dans sa pesanteur… et la police dans sa suspicion. Ce roman puissant tire sa beauté et sa complexité du bouleversement des entrailles d’une Egypte qui se veut à la hauteur de son éternité.

 

Prix : 35CHF

Mère – Wajdi Mouawad

Fuyant la guerre civile, une mère libanaise s’installe à Paris avec ses trois enfants. Commence alors pour la famille une parenthèse absurde, rongée par la peur des dégâts irrémédiables de la guerre et alanguie par l’attente d’un père. 3 femmes, un homme, un enfant / 2 h 15

 

Prix : 57CHF

Requiem pour une ville perdue – Asli Erdogan

Ce texte est un requiem à la mémoire d’une solitude, celle de l’auteure au coeur de son pays perdu. De l’enfance à la maturité tourmentée par l’engagement politique, esthétique et féministe, Asli Erdogan dévoile ici une existence tendue depuis toujours vers la nécessité d’écrire. Au centre de cet art poétique se dresse, sublime, la ville d’Istanbul, telle une matrice vertigineuse. Et les ruelles de Galata, quartier tant aimé, arpenté, labyrinthe grand ouvert sur le Bosphore.

 

Prix : 13CHF

Grains noirs – Alexandre Hmine

Grains noirs, c’est un roman de formation, un règlement de compte avec une identité mise en jachère depuis l’enfance. D’origine marocaine, le narrateur grandit en Suisse, loin de sa famille. Il raconte ses premières années, petit garçon, adolescent puis jeune adulte, confronté malgré lui à son identité complexe : comment conjuguer le hockey sur glace, le dialecte tessinois et les sandwichs au salami avec les règles du Coran que sa mère s’efforce de lui inculquer lors de ses visites, ou la culture maghrébine qu’il découvre sans toujours la comprendre ? Fragmentaire et pointilliste, le récit se tisse autour de sensations marquantes qui lui insufflent une puissante dynamique : un portrait intime, livré sans concession. Né en 1976 en Suisse italienne, Alexandre Hmine enseigne l’italien au lycée de Lugano. Paru en 2017 en italien, son premier roman, Grains noirs, a remporté plusieurs prix littéraires.

 

Prix : 30CHF

L’interrogatoire – Suzanne Azmayesh

Issue d’une famille iranienne exilée, Ava est fiancée à Simon, juif ashkénaze. Un été, elle se rend avec lui en Israël pour un mariage. Une fois arrivée à l’aéroport Ben Gourion, elle est l’objet d’un interrogatoire de plusieurs heures, visant à vérifier qu’elle ne représente aucun danger pour le pays. Questionnée sur son rapport à l’Iran, à l’Islam et à l’histoire de sa famille, Ava n’a d’autre choix que de se confronter à cette double culture parfois lourde à porter, pour elle qui ne connaît rien du pays qu’a fui sa famille. La question de l’identité, mais surtout de ce flottement qui existe entre le regard des autres et la manière dont on se perçoit soi-même, est au coeur de ce roman.

 

Prix : 31CHF

Les vertueux – Yasmina Khadra

Algérie, 1914. Yacine Chéraga n’avait jamais quitté son douar lorsqu’il est envoyé en France se battre contre les a Boches « . De retour au pays après la guerre, d’autres aventures incroyables l’attendent. Traqué, malmené parle sort, il n’aura, pour faire face à l’adversité, que la pureté de son amour et son indéfectible humanité. Les Vertueux est un roman majeur, la plus impressionnante des oeuvres de Yasmina Khadra.

 

Prix : 36CHF