Le Chanteur de Gaza – un film de Hany Abu-Assad

Un jeune Palestinien prend son destin en main pour réaliser son plus grand rêve : chanter. L’incroyable et véritable histoire de Mohammed Assaf défie l’entendement.

 

Réalisateur : Hany Abu-Assad

Acteurs : Tawfeek Barhom, Kais Attalah, Hiba Atallah

Palestine – 1h38

 

Les Chevaux de Dieu – un film de Nabil Ayouch

Yassine a 10 ans lorsque le Maroc émerge à peine des années de plomb. Sa mère, Yemma, dirige comme elle peut toute la famille. Un père dépressif, un frère à l’armée, un autre presque autiste et un troisième, Hamid, petit caïd du quartier et protecteur de Yachine. Quand Hamid est emprisonné, Yachine enchaîne les petits boulots. Pour les sortir de ce marasme où règnent violence, misère et drogue, Hamid, une fois libéré et devenu islamiste radical pendant son incarcération, persuade Yachine et ses copains de rejoindre leurs “frères”. L’Imam Abou Zoubeir, chef spirituel, entame alors avec eux une longue préparation physique et mentale. Un jour, il leur annonce qu’ils ont été choisis pour devenir des martyrs…

Réalisateur : Nabil Ayouch

Adapté du roman de Mahi Binebine “Les Etoiles de Sidi Moumen”

Acteurs : Abdelhakim Rachid, Abdelilah Rachid, Hamza Souideq et Ahmed El Idreissi Amrani

France/Maroc/Belge – français/arabe dialectal marocain – 1h55

 

 

Much Loved – un film de Nabil Ayouch

Marrakech, aujourd’hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant.

Interdit aux moins de 12 ans

Réalisateur : Nabil Ayouch

Acteurs : Loubna Abidar, Asmaa Lazrak, Halima Karaouane, Sara Elmhamdi Elalaoui et Abdellah Didane

France/Maroc – français/arabe – 1h44

 

Ne m’abandonne pas – un film de Xavier Durringer

Le jour où Inès, médecin urgentiste, découvre que Chama, 17 ans, a épousé sur internet un djihadiste et qu’elle s’apprête à le rejoindre en Syrie, sa vie bascule. Pour tenter de sauver sa fille de l’embrigadement dont elle est victime, Inès ira jusqu’à la séquestrer dans une maison loin de tout. Mais Chama, totalement endoctrinée, n’a pas l’intention de renoncer à ce qu’elle croit être sa destinée… Pour Inès, c’est le début d’un long combat.

Réalisateur : Xavier Durringer

Acteurs : Lina El Arabi, Samia Sassi, Samia Bouajila, Marc Lavoine

France – 1h30

 

Clash – un film de Mohamed Diab

Le Caire, été 2013, deux ans après la révolution égyptienne. Au lendemain de la destitution du président islamiste Morsi, un jour de violentes émeutes, des dizaines de manifestants aux convictions politiques et religieuses divergentes sont embarqués dans un fourgon de police. Sauront-ils surmonter leurs différences pour s’en sortir ?

 

Réalisateur : Mohamed Diab

Acteurs : Nelly Karim, Hani Adel, Ahmed Malekm May Elghety, El Sabaii Mohamed

Egypte – version originale sous-titrée français – 1h37

 

Les mille et une nuits

Huit contes des Mille et Une Nuits mis en lumiere dans de superbes illustrations en papiers decoupes. Une plongee fabuleuse dans les merveilles de lOrient ressuscitees par les scenes magiques dHelene Druvert.

 

Prix : 35.-

Ce que le mirage doit à l’oasis – Yasmina Khadra, oeuvres de Lassaâd Metoui

«Mon histoire avec le livre, le désert et les Hommes, c’est l’histoire d’un partage, l’histoire d’un amour vieux comme le monde, l’amour du rêve…»

Ainsi parle Yasmina Khadra qui entreprend de raconter le désert, comme il l’a connu dès son enfance, en Algérie. Dans cet exercice d’autofiction, le célèbre romancier emmène le lecteur dans l’immensité des lieux, si arides en apparence et pourtant si vivants, où la musique rythme la poésie et les mirage accouchent toujours d’oasis.

 

Prix : 35.-

L’Enfant de l’oeuf – Amin Zaoui

Je voyage en France sans visa, juste un petit dossier médical. Ils savent, les Français, que je ne suis pas un terroriste, ni un islamiste de Daech ! Je suis Harys descendant du chien guide des sept dormants ! Je respecte la laïcité, les valeurs républicaines et je consomme de la bière Heineken.
Harys, le narrateur, est un bon chien, un caniche qui aime son maître, qui aime ses chaussettes puantes, son haleine parfumée au vin rouge, sa voix quand il chante Bécaud. Ils habitent tous deux à Alger et son maître a pour maîtresse une chrétienne réfugiée de Damas, au corps vibrant de désir et à l’âme bouleversée par la guerre. Ce trio bancal, cacophonique, passionné, tient le journal de sa lente destruction dans une Algérie rongée par l’islamisme des Tartuffes.
Magnifique, douloureux et fantasque, tel est L’Enfant de l’œuf, neuvième roman d’Amin Zaoui où l’auteur, avec un plaisir et une méthode qui rappelle le Sade de La Philosophie dans le boudoir, s’en prend systématiquement à toutes les formes d’autorité, au nom de la liberté.

 

Prix : 30.-

Averroès ou le secrétaire du diable – Gilbert Sinoué

Né en 1126 à Cordoue, il a connu la gloire puis la disgrâce, le respect des puissants puis l’exil et la clandestinité. Il a contribué à la légende de l’Andalousie musulmane, mais il a payé au prix fort les audaces de sa pensée.
Ses idées seront tout aussi violemment condamnées par l’Église que par les théologiens musulmans qui lui reprocheront – hérésie suprême – d’oser aborder la foi avec la raison, de refuser l’aveuglement dogmatique et l’usage des textes sacrés pour le seul bénéfice de quelques-uns. Traité en paria, menacé, c’est haï de tous qu’il mourra à Marrakech, à soixante-douze ans. Mais des siècles plus tard son œuvre demeure plus vivante que jamais.
Il s’appelait Averroès.

 

Prix : 35chf

Bibliothèques d’Orient, la sauvegarde numérique d’un patrimoine menacé

La Bibliothèque Nationale de France (BnF) et huit bibliothèques patrimoniales du Proche-Orient lancent une plate-forme collaborative en ligne.

Elle rassemble près de 7 000 documents de plusieurs natures, disponibles pour les chercheurs et le grand public.

Caire-Mosquee-sultan-Hassan-Dessin-Nicolas-Jacques-Conte-1755-1805_0_728_379

Le Caire, vue de la Mosquée du sultan Hassan. Dessin par Nicolas-Jacques Conté (1755-1805). / BnF, dép. Estampes et photographie

La réunion des collections de la BnF et de huit bibliothèques du Proche-Orient (Institut dominicain d’études orientales du Caire, Centre d’études Alexandrines, École biblique française de Jérusalem, Beyrouth, Institut d’études anatoliennes d’Istanbul…) a donné naissance le 12 septembre à Bibliothèques d’Orient, une plate-forme qui permet au grand public et aux chercheurs d’accéder à un fonds de documents remarquables, témoins des interactions entre les pays de la Méditerranée orientale et la France entre 1798 et 1945.

mille-nuits-esquisse-decor-Philippe-Chaperon-1881_1_728_579

Les mille et une nuits : esquisse de décor. Philippe Chaperon. 1881 / BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra

Choisi par un conseil scientifique, ce fonds patrimonial culturel (manuscrits, cartes, dessins, photographies…) sera ainsi préservé et valorisé. Il doit s’enrichir des apports de nouveaux partenaires dans les prochains mois. Le site s’appuie sur les fonctionnalités de Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF, et sur les savoir-faire de conservation de la BnF, mis à disposition d’établissements qui restent acteurs à part entière du projet pour les sélections et la réalisation de leur propre numérisation.

Isabelle Nyffenegger, directrice des relations internationales de la BnF et membre du comité scientifique, explique l’ambition de ce projet.

Beniamino-Facchinelli-Pyramides-Gizeh-1873-1895_2_729_558

Beniamino Facchinelli, Pyramides de Gizeh, 1873-1895. / BnF, dép. Estampes et photographie

La Croix : Quelle est la vocation de « Bibliothèques d’Orient » ?

Isabelle Nyffenegger : Elle est double. D’une part, une vocation de sauvegarde, d’autre part de visibilité pour le grand public et les chercheurs. Les documents concernés, 7 000 aujourd’hui, n’étaient pas accessibles, les huit bibliothèques partenaires n’ayant pas eu jusqu’à présent de programme numérique ni de moyens de numérisation spécifiques. Leurs collections vont ainsi bénéficier désormais de sauvegardes numériques pérennes dans Gallica, qui les prémunira contre tout événement extérieur, de l’inondation à un conflit.

Ce sont eux qui ont décidé des priorités de numérisation, le projet étant appelé à se poursuivre et à permettre aux fonds de s’étoffer. L’intérêt est également fort pour le public et les chercheurs qui devaient jusqu’ici se déplacer dans chacune de ces bibliothèques. Ils pourront désormais consulter les documents n’importe où dans le monde.

Quelle est la nature de ces documents ?

Isabelle Nyffenegger : Ils sont très divers : imprimés de presse, manuscrits, iconographies, cartes et plans… Par exemple, grâce à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, on dispose du fonds de cartes des assureurs d’Istanbul, absolument exceptionnel d’intérêt pour reconstituer la cité d’avant le départ des chrétiens et des juifs et toute la diversité des communautés selon les quartiers. On a aussi beaucoup de cartes et plans de la région et de très nombreuses photographies, notamment des fonds très riches d’images d’Alexandrie et Istanbul.

Que dit ce projet de l’histoire commune des pays méditerranéens ?

Isabelle Nyffenegger : Toutes ces bibliothèques ont été des lieux d’échanges et d’interactions entre Orient et Occident. Des lieux où on constituait des collections permettant aux cultures de dialoguer. La bibliothèque des dominicains au Caire, par exemple, a mis en relation intellectuels chercheurs des pays méditerranéens et intellectuels dominicains, un ordre qui s’est toujours intéressé aux cultures, aux idées et à la politique des pays dans lesquels il se trouvait, à l’islam, au soufisme… Bibliothèques d’Orient permet de montrer comment la diffusion des idées et des savoirs a pu se réaliser.

Le projet prévoit la sauvegarde de patrimoine menacé, par exemple la restauration du Bet Gazo, deux recueils liturgiques syriaques du XIe siècle conservés au monastère catholique de Charfet au Liban…

Isabelle Nyffenegger : Nous avons proposé à des congrégations qui ne sont pas encore partenaires du projet, mais qui disposent de collections précieuses témoignant de la présence de plusieurs religions sur ce sol, de les aider à la restauration de pièces uniques.

Le choix spécifique des quatre pièces restaurées dans ce cadre s’est fait avec les commissaires de l’exposition « Chrétiens d’Orient : deux mille d’histoire », qui sont allées au Liban pour décider des documents les plus emblématiques d’un point de vue patrimonial à présenter à l’exposition. La BnF a retenu deux recueils de livres liturgiques syriaques du monastère de Charfet et deux évangéliaires des XIVe et XVIe siècles du couvent salvatorien melkite de Jounieh.

Cela permet de créer une relation de confiance avec ces congrégations en leur montrant notre savoir-faire et notre désir de les accompagner dans la préservation de ce patrimoine, sur lequel nous avons déjà une expertise. Plus les documents d’une même nature seront nombreux sur la plate-forme, plus l’intérêt pour la recherche sera grand.

Vue-panoramique-lIsthme-Suez-Carte-1855-Linant-Bellefonds-Louis-Maurice-Adolphe_3_728_525

Vue panoramique de l’Isthme de Suez. Carte. 1855 Linant de Bellefonds, Louis Maurice Adolphe / BnF, dép. des Cartes et Plans

Recueilli par Sabine Audrerie

Retrouver cet article sur le site de La croix