Un chien de rue bien entraîné – Muhammad Aladdin

Le héros du roman, Ahmad, est un licencié en lettres qui rêve de devenir un grand écrivain et d’obtenir les prix littéraires les plus prestigieux alors qu’il est contraint, pour gagner sa vie, d’écrire de petits romans pornographiques à l’intention des sites internet spécialisés. Il fait la connaissance d’une jeune femme mariée, Nivine, une dévoreuse d’hommes, qui le mêle à ses torrides aventures sexuelles jusqu’au jour où il est soupçonné, à tort, de lui avoir volé sa voiture tout ce qu’elle possède.

Prix : 23chf

Regardez-nous danser (Le pays des autres, Tome 2) – Leïla Slimani

« Année après année, Mathilde revint à la charge. Chaque été, quand soufflait le chergui et que la chaleur, écrasante, lui portait sur les nerfs, elle lançait cette idée de piscine qui révulsait son époux. Ils ne faisaient aucun mal, ils avaient bien le droit de profiter de la vie, eux qui avaient sacrifié leurs plus belles années à la guerre puis à l’exploitation de cette ferme. Elle voulait cette piscine, elle la voulait en compensation de ses sacrifices, de sa solitude, de sa jeunesse perdue ». 1968 : à force de ténacité, Amine a fait de son domaine aride une entreprise florissante. Il appartient désormais à une nouvelle bourgeoisie qui prospère, fait la fête et croit en des lendemains heureux. Mais le Maroc indépendant peine à fonder son identité nouvelle, déchiré entre les archaïsmes et les tentations illusoires de la modernité occidentale, entre l’obsession de l’image et les plaies de la honte. C’est dans cette période trouble, entre hédonisme et répression, qu’une nouvelle génération va devoir faire des choix. Regardez-nous danser poursuit et enrichit une fresque familiale vibrante d’émotions, incarnée dans des figures inoubliables.

Prix : 34chf

Douleur et lumière du monde -Précédé de Que la blessure se ferme et suivi de textes inédits – Tahar Ben Jelloun

Des poèmes et des aphorismes évoquant les tragédies et les beautés du monde contemporain pour en montrer la richesse et la complexité. Le poète relate également son enfance à Fès, observe le monde qui l’entoure et explore le sentiment amoureux. Des textes inédits complètent l’ouvrage.

Prix : 16chf

Les racines du chaos : cinq états arabes en faillite – Irak, Syrie, Liban, Yémen, Libye – Pierre-Jean Luizard

Pourquoi tant d’Etats arabes sont-ils à l’agonie, empêchant leurs populations de vivre décemment et détruisant les équilibres régionaux ? Pour en comprendre les origines, Pierre-Jean Luizard remonte le cours de l’Histoire et nous éclaire sur les enjeux à venir. Le modèle de  » l’Etat-nation  » et ses frontières arbitraires, imposés par les puissances coloniales au siècle dernier, sombre au Moyen-Orient : échec du confessionnalisme politique au Levant et en Irak, guerre confessionnelle entre sunnites et chiites au Yémen, absence d’identité commune en Libye… Ces Etats ont longtemps manifesté de nombreux points communs : répression par des régimes autoritaires, confessionnalisme, guerres civiles sans fin, corruption massive, services publics aux abonnés absents, chômage… Aujourd’hui, ils sont traversés par le chaos permanent. L’échec des Printemps arabes de 2011 illustre l’incapacité des systèmes politiques actuels à répondre aux demandes des populations et à donner des perspectives à la jeunesse. Pierre-Jean Luizard décrypte ces phénomènes et s’interroge : faut-il, pour tenter de résoudre les graves crises, encore miser sur le renforcement des Etats en place ? Un changement profond est indispensable si l’on veut espérer une stabilisation future au moment où le droit d’ingérence que s’est octroyé l’Occident est désormais révolu. Pierre-Jean Luizard, historien, est directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste des islams au Moyen-Orient et membre du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, CNRS/EPHE/PSL). Il est notamment l’auteur de Chiites et sunnites la grande discorde en 100 questions (2017).

 

Prix : 32chf

Satisfaction / Nina Bouraoui

Je pense souvent à ce qu’il restera, à ce qu’Erwan gardera de moi, de son enfance, j’aimerais saisir, révéler ses sensations sur la pellicule photographique, graver nos instants, craignant que l’amour ne disparaisse avec les souvenirs, graver l’odeur du jasmin quand nous nous approchons de notre maison, odeur de la stabilité du lieu intérieur malgré les désordres de mon coeur, contre la violence extérieure, réelle ou imaginaire, de la mer, des hommes ». A travers la voix incandescente de Madame Akli, Nina Bouraoui nous offre un roman brûlant, sensuel et poétique qui réunit toutes ses obsessions littéraires : l’enfance qui s’achève, l’amour qui s’égare, le désir qui fait perdre la raison.

 

Prix : 34chf

Implosions / Hyam Yared

Le 4 août 2020 à 18 heures et 7 minutes, la narratrice se voit propulsée sous le bureau de sa thérapeute. Elle est à quatre pattes, entre son mari et leur psy. Une bombe vient de ravager Beyrouth. Une apocalypse. Et le scénario en train de se produire dans ce cabinet : celui d’un couple en déliquescence. La narratrice est une affranchie. Elle veut vivre tout de suite et tout à la fois. Etre mère, épouse et écrivaine,  » beauvoirienne  » et pondeuse multi—récidiviste. Plutôt que de choisir, elle a embrassé la multitude : femme remariée, mère de cinq filles, auteure de nombreux livres, écartelée entre Beyrouth et Paris, entre sa soif d’écriture et ses maternités, entre la joie de l’enfantement et l’instinct de fuite. Son énergie vitale est ce prix, c’est une bombe à retardement. Comme son couple, tiraillé entre un homme analyste et une femme guidée par les méandres de l’écriture. En bref,  » la rencontre d’une centrale nucléaire avec une éolienne « . Comme cette ville qu’est Beyrouth, fendue, divisée, sectionnée de toutes parts, par les guerres, les rancoeurs entretenues, jusqu’à cette ultime désintégration. La narratrice n’a plus que l’écriture pour consolation. Elle prend la plume à bras le corps et nous offre un récit d’une puissance inouïe où se reflètent jusqu’au vertige l’explosion de la ville et la déflagration intime, la dérive orwellienne de notre planète et l’hyper-connexion des êtres humains qui évoluent désormais  » en distanciation sociale « . On retrouve le style plein d’humour et de rage de vivre de Hyam Yared, ses réflexions sur le sens de nos vies, la sexualité, le couple, la maternité, l’inadaptation au monde délirant dans lequel nous vivons… et l’amour qui triomphera toujours de la fin du monde.

 

Prix : 31chf

Horizons intérieurs – Arrêt sur image au Maroc / Fouad Laroui & Patricia Defever

Les poèmes inédits de Fouad Laroui. Un témoignage culturel émouvant et universel. Un témoignage sociologique et culturel sur un moment inédit et qui marquera notre histoire. Des regards d’hommes et de femmes de toutes catégories sociales et de tous âges sur le monde d’aujourd’hui. La diversité et la qualité des regards artistiques. Un ouvrage qui ré-affirme avec force l’importance du partage. Un ouvrage inédit et original, troisième opus de la collection VivaCité, après  » Street Food  » et  » Cafés du Maroc « .  » Horizons intérieurs, arrêt sur image au Maroc  » est un ouvrage unique associant des photographies sélectionnées dans le cadre du concours organisé par Langages du Sud sur les réseaux sociaux pendant le confinement au Maroc et un fil rouge poétique tissé par Fouad Laroui. Les photos composent une mosaïque colorée et expressive émaillée de photos en noir et blanc, véritable reflet de notre société dont les vers de l’auteur soulignent les évolutions. Cet ouvrage est le recueil culturel collectif d’une multitude d’instants intimes, un documentaire sur les vies intérieures, les émotions, les joies, les peines, les moments d’évasion, de jeu, de méditation, de communion ou de solitude, dans la situation exceptionnelle du confinement. Un panel artistique d’hommes et de femmes d’horizons différents, qui ont voulu partager leurs horizons intérieurs. Véritable témoignage culturel de portée historique, cet ouvrage fera oeuvre de mémoire collective au Maroc et bien au-delà de ses frontières.

 

Prix : 67chf

Le ventre des hommes / Samira El Ayachi

A A’Samar. J’aime la nuit. D’ailleurs c’est la nuit que je suis née. C’était un samedi. On s’en souvient tous. Le problème avec la Nuit. C’est que la Nuit y a personne pour emmener maman à l’hôpital. Parce que papa est à la mine, au travail de nuit ». Le soir tombe sur les corons du nord de la France, et une fratrie se presse devant l’écran de télévision. Soudain apparaît le visage attendu ? : celui du père. Qu’y raconte-t-il ? A l’époque, personne ne s’en soucie vraiment. Ce n’est qu’une fois adulte qu’Hannah, devenue enseignante et aux prises avec les règles imposées, découvrira l’histoire incroyable de son père et d’un groupe d’hommes venus du sud du Maroc pour travailler dans les mines de charbon.

 

Prix : 37chf

Bel abîme / Yamen Manai

Je revenais du collège quand j’ai rencontré Bella. Une après-midi de novembre, morose. Un garçon triste, chétif, une tête à claques, la tête baissée, la peur qui habite ses tripes, et parfois, l’envie d’en finir. On n’imagine pas ce que ressent un enfant quand il faut qu’il se fasse encore plus petit qu’il n’est, quand il n’a pas droit a? l’erreur, quand chaque faux pas prend un air de fin du monde. Mais en l’entendant, ce jour-là, j’ai redressé le menton.

 

Prix : 25chf

Le syndrome de Beyrouth / Alexandre Najjar

Confinée dans un hôtel à Saint-Malo, Amira Mitri, ancienne combattante devenue reporter au quotidien libanais An-Nahar, rescapée de l’explosion du port de Beyrouth, rassemble ses souvenirs, depuis son retour au Liban en l’an 2000, à l’orée d’un nouveau siècle, jusqu’à la tragédie du 4 août 2020. Durant cet intervalle de vingt ans, les péripéties se sont succédé : bien des événements ont secoué le pays du cèdre, et sa vie amoureuse a connu de multiples rebondissements. Avec lucidité et franchise, elle vide son sac.

 

Prix : 29chf