Voyage Poétique À Travers Le Monde Arabe

ONORIENT vous invite à découvrir les plus belles plumes poétiques de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. De Cordoue à Abu Dhabi, du Xe siècle à aujourd’hui, voici une traversée dans le temps et l’espace, à la découverte des vers qui ré-enchantent le monde. Une première anthologie concoctée par nos rédacteurs, avec 10 poètes qui nous inspirent.

Wallada

Wallada bint al-Mustakfi, née en 1091 à Cordoue (Espagne)

Princesse Andalouse née au 10ème siècle, Wallada était la fille du dernier Calife Ommeyade de Cordoue. Figure culturelle de l’époque, elle organisait régulièrement des salons littéraires à son domicile, des Majaliss Al Adab  où se rencontraient philosophes, poètes et artistes. Jeune fille romanesque, elle participait souvent à des joutes poétiques où elle déclamait ses sentiments avec ferveur et audace. Mais sa plus grande source d’inspiration reste surtout son histoire d’amour tapageuse avec le poète Ibn Zaydoun, une relation qui, si elle créa la polémique dans le Cordoue de l’époque, lui inspira ses plus beaux poèmes et vers blessés envoyés à son amant.

Sois prêt pour ma visite à l’obscurité,

parce que la nuit est la meilleure gardienne des secrets.

Si le soleil sentait l’étendue de mon amour pour toi,

il ne brillerait plus,

la lune ne se lèverait plus,

et les étoiles s’éteindraient d’émoi.

Tahar Djaout

Né en 1954 à Tizi Ouzou (Algérie)

27 Jan 1987, Probably France – Algerian author, poet, and novelist Tahar Djaout (1954-1993) – Image by © Sophie Bassouls/Sygma/Corbis

Quand nous abordons l’œuvre de Tahar Djaout, on ne peut pas s’empêcher d’imaginer à quoi aurait ressemblé la suite de son magnifique travail.

Victime, parmi les premiers de ses pairs, dans un attentat non pas seulement contre la vie de cet homme, mais aussi contre le peuple algérien qui a perdu durant la dernière décennie du XXe siècle, un grand nombre de ses intellectuels, et avec, une partie de son identité.

Tahar Djaout, a laissé des écrits sérieux, dénonciateurs et ironiques, mais aussi des poèmes discrets et sensibles. Son œuvre dans son inachèvement reste complète dans un sens, car chargée de sa propre symbolique. Essentielle, elle brave et nargue jusqu’à nos jour ces mains traîtresses et assassines, qui lui ont ôté la vie mais pas l’immortalité.

Je regagne ma nudité :

Une pierre lavée par les crues ;

Je réintègre mon mutisme :

Un silence d’enfant apeuré.

Habiterai-je un jour

Cette demeure rêvée :

Ta blessure – ô délices ! –

Où le soleil s’assombrit ?

Tahar Djaout, extrait de « Pérennes », 1983

Abou El Kacem Chebbi

Né en 1909 à Tozeur (Tunisie)

Il est un révolté aux fines épaisseurs romantiques. Son œuvre parfois spleenétique naît dans un bouillon d’influences, le contexte des romantiques, parnassiens et symbolistes européens, mais aussi des poètes arabes classiques. À l’université, Chebbi sera militant avant de rejoindre le groupe Taht Essour (« Sous les remparts »), un rassemblement d’artistes et d’intellectuels tunisiens. Tahar Bekri a décrit dans Le goût de Tunis cette réunion d’amis comme des « désargentés, pessimistes et désespérés de leur état mais qui se vengeaient de l’adversité par l’ironie et l’humour noir ». Chebbi proclame la nécessité de rénover la société. Le poète vise aussi bien, dans une actualité toujours tranchante, les musulmans intégristes et le colonialisme français. Poète de la vie qui prévaut sur la douleur, assoiffé de Tunisie et d’universel, il s’éteint sans voir l’indépendance de son pays pointant le jour.

 

Allons, réveille-toi, prends les chemins de la vie

Celui qui dort, la vie ne l’attend pas.

N’aie crainte, au-delà des collines,

Il n’y a que le jour dans sa parfaite éclosion.

Abou El Kacem Chebbi, O fils de ma mère, traduit par Ben Othman, dans Cent poèmes pour la liberté, édition le Cherche Midi, 1985

Joyce Mansour

Née en 1928 à Bowden (Angleterre)

Élevée au Caire dans la société cosmopolite anglophone, Joyce Mansour perd sa mère à l’âge de quinze ans, et quelques années plus tard son premier époux. Elle fréquente les salons littéraires où elle rencontre Georges Henein, fondateur du groupe surréaliste égyptien Art et Liberté. Son premier recueil, Cris, stupéfie André Breton : « J’aime, Madame, le parfum d’orchidée noire – ultra noire – de vos poèmes. ». Au Caire, sa parution fait scandale. Érotique, transgressive, sa poésie louvoie avec la mort et les pulsions. Elle fuse, incisive et radicale, scandée, pleine d’images de corps, de fluides et de parfums de fleurs.

 

Ouvre les portes de la nuit

Tu trouveras mon cœur pendu

Dans l’armoire odorante de l’amour

Pendu parmi les robes roses de l’aurore

Mangé par les mites, la saleté et les ans

Pendu sans vêtement, écorché par l’espoir

Mon cœur aux rêves galants

Vit encore.

Joyce Mansour, Déchirures (1955), in Joyce Mansour. Oeuvres complètes : prose et poésie, éditions Michel de Maule, 2014

Georges Schéhadé

Né en 1905 à Alexandrie (Égypte)

Georges Schehadé à Paris en 1987

Georges Schéhadé écrit ses premiers poèmes dans ses cahiers d’écolier. Sa famille déménage à Beyrouth où il vivra l’essentiel de son existence. Il occupe un poste dans l’administration française, voyage et rencontre les poètes Jules Supervielle et Saint-John Perse. Baignée dans un songe, son écriture fait naître un jardin imaginaire adossé à la montagne. Colombes, pluies et arbres fruitiers rythment les saisons, et la mer se dessine à l’horizon. Rapprochée du surréalisme, son écriture limpide cristallise les images. Ses poèmes gagnent en dépouillement, devenant autant d’éclats dans le blanc de la page. Il écrivait : « Le silence est la villégiature des mots ». Le titre de ses recueils, “Poésies” numérotées de I à V, est à l’image de cet exercice d’épure.

 

Il y a des jardins qui n’ont plus de pays

Et qui sont seuls avec l’eau

Des colombes les traversent bleues et sans nids

Mais la lune est un cristal de bonheur

Et l’enfant se souvient d’un grand désordre clair

Georges Schéhadé, Poésies II (1948), in Les Poésies, NRF Poésie/Gallimard, 2001

Adonis

Né en 1930 à al-Qassabin (Syrie)

Ali Ahmad Saïd Esber, alias Adonis, poète et critique littéraire syro-libanais né en 1930. / Magali Delporte / Picturetank

En signant Adonis à partir de 1948, le poète syrien ‘Alî Ahmad Sa’îd fait acte de renaissance. Le dieu Adonis est une figure de la mythologie grecque, d’origine syrienne. Par ce nom, il inscrit sa poésie dans l’espace méditerranéen et sous le sceau de l’exil. Cofondateur de la revue Shi’r (“Poésie”) en 1957, Adonis désire ressourcer la poésie arabe et la faire entrer dans la modernité. Il renoue avec les poètes d’avant l’islam et les penseurs soufis, et traduit les poètes occidentaux. La poésie est pour lui une exploration de la langue et une expérience existentielle. Elle naît de la rencontre avec l’autre, et puise sa lumière d’un voyage entre les cultures. Les poèmes d’Adonis sont portés par une voix, un souffle et un rythme. Ils sont une force agissante projetée vers l’avenir. Son écriture compose une conscience éclairée qui résiste à toutes les idéologies. L’image du vent traverse cette écriture qui souhaite ouvrir un horizon universel.

Je t’ai nommée nuage

Ô blessure, tourterelle du départ

Je t’ai nommée plume et livre

et me voici entamant un dialogue

avec la langue engloutie

dans les îles en partance

dans l’archipel de la chute ancienne

Me voici enseignant le dialogue

au vent et aux palmiers

Ô blessure, tourterelle du départ

Adonis, « La Blessure », Chants de Mihyar le Damascène (1961), traduction de Anne Wade Minkowski et Jacques Berque, NRF Poésie/Gallimard, 2002

Mahmoud Darwich

Né en 1941 à al-Birwa (Galilée)

DR

Mahmoud Darwich gagne le Liban après la création d’Israël en 1948. Après plusieurs séjours en prison, il choisit l’exil qui le mènera de Beyrouth à Paris. Le lyrisme de ses poèmes est habité par des motifs qui dessinent le paysage de sa terre natale. Les oiseaux, les amandiers, le fleuve, le pain et le café sont autant de signes intimes de la Palestine. Cet imaginaire quotidien porté par une langue harmonieuse touche très tôt un public immense, parmi les Palestiniens, dans le monde arabe et au-delà. Empreinte d’humanisme, sa poésie reflète l’expérience du déracinement et de la prison, et fusionne le souvenir personnel à l’histoire collective. Le choix économe des mots condense la brisure identitaire et la rencontre avec l’altérité sous la figure de l’ennemi ou à travers le visage de l’amoureuse étrangère, Rita. Les vers libres sont marqués par une exigence de musicalité et le chant des pages devient un choeur, puisque de nombreux poèmes sont aujourd’hui devenus des chansons.

Par les fenêtres de cet espace dernier, miroirs polis par notre étoile.

Où irons-nous, après l’ultime frontière ?

Où partent les oiseaux, après le dernier

Ciel ? Où s’endorment les plantes, après le dernier vent ?

Nous écrirons nos noms avec la vapeur

Carmine, nous trancherons la main au chant afin que

notre chair le complète.

Ici, nous mourrons. Ici, dans le dernier défilé. Ici ou ici,

un olivier montera de

Notre sang.

Mahmoud Darwich, « La terre nous est étroite » (1966-1999), in La terre nous est étroite et autres poèmes, traduction d’Élias Sanbar, NRF Poésie/Gallimard, 2000

Joumana Haddad

Née en 1970 à Beyrouth (Liban)

Joumana Haddad en 2007

Elevée dans une famille très catholique au Liban, Joumana Haddad réalise très tôt qu’elle ne veut pas rester dans les barrières que son milieu veut bien lui imposer. Pour celle qui se dit avoir été élevée au marquis de Sade et aux Mille et une Nuit, les mots traceront sa route vers l’émancipation. Une aisance du verbe qu’elle utilise pour dénoncer le machisme des sociétés arabes, et l’intégrisme des religions dans Superman est un arabe ou J’ai tué Schéhérazade, confidences d’une femme arabe en colère. Journaliste, écrivaine, et poétesse, elle est l’auteur de plusieurs recueils de poèmes érotiques dont Le retour de Lilith et fondatrice de la première revue érotique écrite en arabe par des auteurs arabes.

Ne soyez pas effrayés des livres, même les plus dissidents, “immoraux”. La culture est un pari sûr dans la vie, qu’elle soit haute, basse, éclectique, pop, ancienne ou moderne.

Joumana Haddad, J’ai tué Schéhérazade: confessions d’une femme arabe en colère, 2010

Nazik Al-Malaika

Née en 1922 à Bagdad (Irak)

DR

Considérée comme la pionnière de la poésie arabe moderne aux côtés de son compatriote Badr Shakir Assayab, Nazik Al Malaika déclenche une véritable révolution dans le paysage littéraire du XXe siècle en composant des vers libres.

A travers l’abandon du système métrique classique (rime unique et deux hémistiches) c’est moins une rupture qu’une revivification de la longue tradition littéraire arabe qu’elle veut faire advenir.

Idéaliste et profondément musicale, son œuvre exprime les illusions perdues de son pays, l’Irak, qu’elle quitte une première fois pour les Etats-Unis, puis le Liban, le Koweït et enfin l’Egypte, où elle s’éteint en 2007, à l’âge de 85 ans.

Partisane de la liberté de création dans son art, engagée pour la cause des femmes dans ses essais, nationaliste arabe dans l’âme et palestinienne de cœur, Nazik fut une dissidente totale. En un mot, une intellectuelle.

Notre vie nous l’avons dédiée à la prière
Et pour qui donc prierions-nous, si ce n’est pour les mots.

Nazik Al-Malaika, « Pourquoi redouter les mots ? » Choléra (1947) traduction de Barbara Graille

Farah Chamma

Née en 1994 à Dubaï (Émirats arabes unis)

Farah Chamma / copyright al-Ahram Weekly

Jeune palestinienne, passionnée et créative, âgée de 22 ans elle étudie le droit et les sciences politiques à l’université Paris-Sorbonne d’Abu-Dhabi. Elle commence à écrire des poèmes à l’âge de 14 ans. Farah Chamma maîtrise quatre langues (le français, l’anglais, l’arabe et le portugais). Elle performe les poèmes qu’elle écrit, accompagnée d’une musique de Oud, c’est pour elle la façon la plus efficace pour avoir un impact sur la société. Elle a participé à diverses compétitions internationales comme le festival de littérature d’Emirates Airline. Parmi ses poèmes qui ont le plus fait sensation « I am no palestinian » et d’autres qui ont créer une certaine polémique comme « How must I believe » où avec amertume elle reproche la fausseté de la société arabe. Cette jeune poétesse représente le nouvel élan créatif des jeunes et leurs voix. Insouciante des tabous de la société, elle a su franchir les lignes épineuses de la société dans laquelle elle a grandi. C’est donc avec grande admiration qu’on lui souhaite une carrière prospère et réussie.

Prenez tout ce que je sais

Et jetez-le dans le Nil

Comme la mère de Moïse a fait

Ne me demandez pas d’où je viens

Ni où je suis née

Ne cherchez pas à savoir qu’est-ce qui est écrit sur mes papiers

Je (ne) suis personne, un nomade, une âme perdue, un simple esprit nomadisé

Je suis la langue, sans mètre, sans rime

Je suis l’arabe, le persan, le latin, le germanique

Je suis la langue non-maîtrisée

Farah Chamma, “Table Rase”

 

Retrouvez l’article sur le site de ONORIENT

Lorsque le Monde parlait Arabe (Vidéo Complète) | Documentaire FR – Mahmoud Hussein

Du IXe au XIIe siècle, le monde musulman connaît un rayonnement sans égal : il s’étend de l’Espagne à l’Inde, avec des capitales de rêve : Bagdad, Cordoue, Grenade, Le Caire, Damas… De la philosophie à la médecine et à la botanique, des mathématiques à l’astronomie, son essor scientifique et culturel fascine – autant qu’il inquiète – l’Occident médiéval…

Un documentaire passionnant sur le rayonnement intellectuel du monde arabo-musulman à l’heure du Moyen-Âge occidental.
Ce document met l’accent sur un élément essentiel et unique dans l’Histoire : l’aptitude et la volonté des musulmans à travailler en bonne intelligence avec les juifs et les chrétiens dans la quête de la connaissance (voir Bagdad et l’Andalousie). Il rappelle en outre que le fruit de ce rayonnement intellectuel du monde islamique (qui a touché à tous les domaines de la connaissance : astronomie, mathématiques, philosophie, médecine…) a profité à l’Occident médiéval et lui a ouvert les voies de la Renaissance.

Si Kushner savait…

Le haut conseiller, et gendre, du président des États-Unis, Jared Kushner, en septembre 2018. Nicholas Kamm/AFP

POINT DE VUEDominique EDDE | OLJ13/07/2019

Si monsieur Kushner avait pris la peine de se représenter le montant de vies brisées, de deuils, de séparations, d’humiliantes défaites endurés par les Palestiniens, s’il avait mesuré ne serait-ce qu’un peu le prix payé par les voisins de la Palestine – le Liban, la Syrie, la Jordanie, l’Égypte – depuis soixante-dix ans, il aurait eu honte. Il n’aurait pas osé son discours à Bahreïn. Il n’aurait pas eu le sang-froid de sauter à pieds joints par-dessus tant de désastres, il se serait abstenu de les chiffrer en dollars. Il aurait commencé par présenter ses condoléances au peuple palestinien ainsi qu’à toute une région – le Moyen-Orient – qui n’en finit pas de compter ses morts, ses blessés, ses réfugiés. Il aurait cherché une phrase, un mot qui apaise les mémoires. Il aurait aidé son allié israélien à reconnaître le tort causé par la création de l’État d’Israël. S’il avait la moindre idée de ce que signifie la perte brutale d’un village, d’un toit, d’un champ d’oliviers, d’une mémoire séculaire, il aurait spontanément nommé ce à quoi les Palestiniens ont dû renoncer par la force. Il aurait fait exister l’histoire de ce peuple avant de le doter d’autoroutes et de lui dicter son nouveau visage. Il ne l’aurait pas évoqué à la troisième personne du singulier. Il l’aurait regardé en face. Il n’aurait pas commencé par le volet financier, il aurait commencé par proposer aux Israéliens de renoncer au grand minimum : les colonies ; et aux Palestiniens de renoncer au grand maximum : les trois quarts de leur ancien territoire. Il n’aurait pas pris pour seuls interlocuteurs les banquiers et les hommes d’affaires des monarchies pétrolières. Il aurait eu à l’esprit les millions d’Arabes ignorés, maltraités, plutôt que les millions de dollars fraîchement imprimés. Il se serait souvenu que les gens dont je parle se sont soulevés en 2011 pour faire entendre aux pouvoirs (que les États-Unis soutenaient sans état d’âme) qu’ils en avaient assez de vivre sous la botte. Il aurait au moins hésité, tâtonné, il aurait pris des gants.

S’il avait consenti à se représenter Jérusalem quinze ans avant sa naissance, il n’aurait pas réclamé sans scrupule qu’elle devienne la capitale d’Israël. Il aurait compris qu’il appartient à tous de renoncer à cette ville pour qu’elle appartienne à tous. Et où monsieur Kushner envisage-t-il de lever cette somme de 50 milliards de dollars sinon parmi les grosses fortunes des pays du Golfe qui dépendent entièrement des États-Unis pour leur sécurité ? Il est vrai que les pouvoirs arabes n’auront pas démérité leur réputation de vendus, mais faut-il que l’argent du pétrole qui leur a fait perdre toute décence ait eut le même effet sur leurs tuteurs, prétendus pouvoirs « civilisés » ? Faut-il que les Arabes en général ne soient aux yeux de monsieur Kushner que des richards ou des larbins pour qu’il ait si peu à leur dire et autant à leur demander. Où prend-il le droit de traiter l’histoire d’un grand malheur à travers des recettes de promotion immobilière et de chirurgie esthétique ? Pense-t-il sérieusement que cette paix achetée aujourd’hui au prix de la dignité tiendra encore demain ?

In english : If only Kushner knew…

Prendre acte de la défaite

Il ne s’agit pas de nier que les Palestiniens ont perdu la bataille (les Arabes, n’en parlons pas), et que le rapport de forces est incontestablement en faveur des Israéliens. Il ne s’agit pas de revenir en arrière. Il ne s’agit en aucun cas de mettre l’existence des Israéliens en danger. Il s’agit du contraire. Il s’agit de prendre acte de la défaite et de songer à l’avenir des deux peuples, israélien et palestinien – avec leurs passés et leurs traumatismes à l’esprit. Il s’agit de rapprocher leurs mémoires, de les écouter. De donner les moyens à un Israélien installé sur l’ancienne terre d’un Palestinien ou sous les arcades d’une vieille maison arabe à Jérusalem les moyens d’imaginer à quoi ressemble aujourd’hui la vie des familles de ses anciens propriétaires dans des camps de réfugiés ou même en exil à l’autre bout du monde. De donner à un Palestinien les moyens de se représenter le cauchemar que fut le génocide nazi à la veille de la création de l’État d’Israël, quand bien même les Arabes n’y sont évidemment pour rien. Il s’agit de faire le contraire de ce que fait l’ami de Kushner, l’incendiaire Benjamin Netanyahu. Il s’agit d’aider les Palestiniens à perdre et les Israéliens à donner autre chose que ce qu’ils ont pris : à comprendre que c’est à eux de dédommager les Palestiniens. Y compris sur le plan financier, selon les règles élémentaires du droit. À eux de se figurer qu’un pays tel que le Liban n’aurait pas vécu quinze ans de guerre infernale, n’était la présence de centaines de milliers de Palestiniens sur son territoire, et ne connaîtrait pas aujourd’hui la présence militaire du Hezbollah si celle-ci ne s’était constituée à partir de sa résistance contre Israël. À eux d’arrêter la colonisation. À eux de faire de la place à l’autre pour protéger la leur. Les routes et les ponts que veulent construire Kushner et son beau-père avec des maçons palestiniens, c’est dans les esprits qu’il faut d’abord les édifier, avec une autre sorte de maçons, avec des artisans de la mémoire venus des deux peuples. Ce travail de reconnaissance qui a manqué à tous les accords de paix – lesquels ont tous lamentablement échoué – est un préalable en dehors duquel tous les échafaudages israélo-américains s’effondreront.

Pas un « lobby juif », mais des lobbys « pro-israéliens »

Je m’adresse pour finir aux membres de l’organisation que Jared Kushner connaît si bien de l’intérieur : l’Aipac. Nous savons tous – notamment par les informations qui ont fuité malgré la censure – que ce lobby fonctionne à partir de quelques principes intangibles : faire apparaître l’ennemi sous son jour le plus menaçant, contrôler les récits, discréditer toute initiative qui pourrait laisser entendre que la vérité est un bien qui se partage. Je ne refuse pas de comprendre la peur, la phobie qui sous-tendent cette crispation, cette construction sans faille de l’ennemi. Mais je pose une question simple : l’Aipac a-t-il accessoirement un quelconque projet de paix ? Si oui, est-on en droit de savoir sur la base de quels renoncements/concessions réciproques ? Car, n’en déplaise à Kushner, près des trois quarts des juifs américains ne partagent ni ses vues, ni celles de Netanyahu, ni celles de l’Aipac, ni celles de leurs grands alliés du moment, les chrétiens évangéliques, qui leur assurent un soutien politique et financier considérable. Plus de 75 % des juifs aux États-Unis ont voté pour les démocrates aux élections de mi-mandat de novembre dernier. L’opinion publique arabe n’est pas toujours informée du fait qu’il n’y a pas un « lobby juif » aux États-Unis, mais des « lobbys pro-israéliens ». Elle ne prend pas la mesure des différends et des conflits de plus en plus marqués au sein de ces milieux. « Il y a près de 6,5 millions de juifs en Israël, écrit Jonathan Weizman dans le New York Times, et plus ou moins 5,7 millions de juifs en Amérique. Plus ça va, plus leurs visions du monde diffèrent de manière radicale. »

Parmi les mouvements de pression sionistes, figure J Street qui, bien ou mal, peu ou prou, cherche ouvertement, contrairement à l’Aipac, une solution de paix. Il suffit de lire la critique incendiaire qu’en fait David Weinberg, vice-président de l’Institut des études stratégiques à Jérusalem, pour se convaincre du fait que la division interne n’est plus le monopole des Arabes ou des musulmans. « J Street, écrit-il dans le Jerusalem Post, est devenu une organisation qui dépense presque tout son temps et son argent à souiller Israël, diffamer l’Aipac et d’autres organisations américaines juives, stimuler les relations États-Unis-Iran, soutenir des candidats politiques pour lesquels promouvoir la campagne BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) est un titre d’honneur. » Outre son caractère fallacieux, ce propos permet de mesurer le sentiment de panique qui gagne les rangs du lobby auquel Kushner obéit aveuglément. Que ce dernier soit convaincu de l’infériorité des Arabes, qu’il n’ait pas envie de mieux connaître leur culture, leur histoire – son âge d’or et ses interminables pages noires –, c’est son droit, mais dans ces conditions, qu’il revienne à ce qu’il sait faire : qu’il fasse des affaires, qu’il ne fasse pas la paix. Qu’il laisse à d’autres – venus des deux bords et non d’un seul – le soin de trouver un moyen politique, moral et financier de tourner la page.

Signaux de reconnaissance

Il y a fort à parier qu’à terme, la surenchère pro-israélienne de l’administration Trump aura un effet bien plus néfaste pour Israël que celui de ses pires ennemis. Quoi qu’il en soit, le champ de ruines qu’est devenu le Moyen-Orient offre au moins un avantage pour ceux qui ne sont pas dans l’arène : celui de placer désormais la solidarité humaine, si minoritaire soit-elle, au-dessus des autres, les idéologiques et les communautaires, qui ont toutes échoué. Dans cette région sinistrée où chaque pays est une blessure, il n’y a plus de chantier possible qui ne soit d’abord une réflexion sur ce qui ne marche pas. Une envie d’entendre et de faire autrement. Un désir partagé de faire reculer la haine.

En marge de la politique proprement dite, en marge du rouleau compresseur des grandes puissances et de leurs manœuvres d’intimidation, en marge des terrorismes locaux, en marge du calendrier officiel des gouvernements et des médias, en marge du cours impitoyable de l’histoire qui nous fait logiquement penser chaque matin qu’il n’y a plus rien à faire, il reste ce vaste espace invisible au sein duquel la pensée garde tous ses droits, au même titre que, dans une cellule, la vie intérieure d’un prisonnier. Une espèce de territoire hors frontières et hors murs qui voyage d’une tête à l’autre, de Bagdad au Caire, à Amman, Damas, Tel-Aviv, Gaza, Beyrouth et Jérusalem, sans plus s’inquiéter de savoir qui est chiite, qui est sunnite, qui est juif, qui est chrétien, qui est ceci ou cela. Seule la construction de cet espace mental, patiemment fait de signaux de reconnaissance, permettra peut-être un jour aux peuples de la région, israélien et palestinien compris, de n’avoir plus peur de trahir, de faillir, en renonçant à la haine. Hugo disait du passé qu’il est la clé de l’avenir. Dans cette partie du monde, il a tenu lieu de verrou, il a fermé au lieu d’ouvrir. Désormais, il n’est plus de solution possible en dehors de ce grand chantier des mémoires et des imaginaires, dont Kushner et consorts ignorent tout. Un pays, c’est aussi de l’être, il ne suffit pas d’en ravaler la façade pour en sauver la raison d’exister. Et cette âme, cette raison d’exister, l’argent aura beau gouverner le monde, il n’achètera jamais un pouce de ce pays-là.

Par Dominique EDDÉ
Romancière et essayiste. Dernier ouvrage : « Edward Said. Le roman de sa pensée » (La Fabrique, 2017).

Lire aussi
Réfugiés palestiniens : le Liban est favorable à une solution “équitable”, affirme Kushner

Les fondations douteuses du plan Kushner

Israël « fait partie de l’héritage de la région » , affirme le chef de la diplomatie bahreïnie

Après la conférence de Bahreïn, les Palestiniens entre dédain et désintérêt

A la conférence de Bahreïn, flirt poussé entre Arabes du Golfe et Israéliens

Kushner : La « porte reste ouverte » pour les Palestiniens

Ce que le volet économique du plan Kushner prévoit pour le Liban

Le monde arabe comme vous ne l’avez jamais vu : 22.000 photos en accès libre

Actualitté – les univers du livre – Heulard Mégane – 04.07.2019

En mai dernier, la Fondation arabe pour l’image, basée à Beyrouth, a lancé une nouvelle plateforme en ligne afin de présenter sa vaste collection photographique. Depuis elle a numérisé près de 22.000 clichés provenant d’une collection physique de plus de 500.000 archives. Le bâtiment de la fondation, fermé au public depuis 2016, rouvrira également cet été.

FAI collection — Facebook Arab Image Foundation

La Fondation arabe pour l’image (AIF) a été créée en 1997 par les photographes Fouad Elkoury et Samer Mohdad et l’artiste Akram Zaatari, en réaction au manque d’archives photographiques dans la région du Moyen-Orient. Elle collecte, conserve et recherche des photographies du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de la diaspora arabe datant du milieu du XIXe siècle à nos jours. 

La fondation se présente à la fois comme un lieu d’archivage, de création artistique, mais aussi de recherche. Elle vise à aborder ces photos à travers une pensée critique dans leur contexte historique et sociétal et à élargir la vision culturelle sur ces régions.

L’AIF souhaite préserver l’histoire et la culture arabe et la transmettre. C’est pourquoi ils ont voulu numériser les archives et les rendre accessibles au public via une plateforme en ligne. Le site fonctionne comme une immense base de données contenant les versions numériques d’archives en négatifs ou imprimées. 

Marc Mouarkech, le directeur général de la Fondation arabe pour l’image, explique : « Nous avons construit cette plateforme d’une manière qui reflète notre position aujourd’hui : plus ouverte, plus inclusive et plus collaborative. Ce site nous permettra de mettre en pratique notre nouvelle mission et nos pratiques de préservation vis-à-vis de notre communauté, de renouer avec le public après plus de deux ans d’interruption, d’ouvrir des canaux de recherche, d’initier un débat critique, de favoriser de nouvelles d’idées et d’encourager les processus de travail créatifs et collaboratifs. »

Préserver la culture du Moyen-Orient

Les images numérisées par la société Getty Conservation Institute témoignent de traditions perdues, de pratiques et d’attitudes culturelles qui depuis ont été supprimées. On peut y trouver les clichés du photographe Camille el Kareh qui était connu pour ses photographies post-mortem. 

Mais aussi ceux d’une des premières femmes photographes au Moyen-Orient, la Libanaise Marie al-Khazen. Assez avant-gardiste pour le début du XXe siècle, al-Khazen aimait capturer l’image des femmes qui avaient des passe-temps jugés « masculins », comme fumer, conduire ou chasser.

Les archives contiennent des clichés qui témoignent d’évènements ou personnages historiques. Mais aussi des images de la vie quotidienne, portrait de familles ou de célébrités, des photos prises dans les rues… Environ la moitié des photographies de la collection sont les œuvres d’amateurs.

Par la suite, la fondation espère télécharger 55.000 images numérisées, même si les problèmes de financement rendent le projet difficile.

La plateforme de la Fondation arabe pour l’image se retrouve à cette adresse.

Festival de Cannes : le Maghreb en force

Festival de Cannes : le Maghreb en force

Pas moins de cinq films de cinéastes maghrébins sont présents dans les quatre sélections cannoises. La confirmation d’un renouveau certain du 7e art dans la région.

Par notre correspondant à Tunis, Benoît DelmasPublié le 12/05/2019 à 14:21 | Le Point.fr

Avec Venise et Berlin, Cannes est un baromètre de la création cinématographique mondiale. Chaque année, les films choisis composent une photographie des lignes de forces du cinéma des cinq continents. Les quatre sélections dévoilées à la mi-avril (Compétition pour la palme d’or, Un Certain regard, la Semaine de la critique, la Quinzaine des réalisateurs) proposeront deux films marocains, deux films algériens et une œuvre tunisienne. Plus au sud, le Sénégal sera en lice pour la palme d’or avec la réalisatrice Mati Diop pour son premier film Atlantique. La dernière présence d’un film sénégalais à Cannes, pour la palme d’or, date de 1992 : Djibril Diop Mambéty y avait concouru avec Hyènes, considéré par Martin Scorsese comme une œuvre phare de l’histoire du cinéma. Le jury pour la palme d’or sera cette année présidé par le Mexicain Alejandro González Iñárritu, auteur de Babel, oscarisé pour Birdman et Le Revenant avec Leonardo DiCaprio.

Le renouveau algérien

Mounia Meddour présentera son second long-métrage, Papicha, dans la salle Debussy du Palais des Festivals. Elle intègre la sélection officielle à travers Un Certain regard. Une catégorie souvent considérée comme l’antichambre de la course à la palme d’or. Cette coproduction franco-algéro-belge sera distribuée en France par Jour2fête qui vient de sortir avec succès le J’veux du soleil du député France insoumise François Ruffin. Un peu plus loin du Palais, à un jet de cocktail du Carlton, La Semaine de la critique, dont Charles Tesson est le sélectionneur, présente des premiers et des seconds films. Amin Sidi-Boumédiène y signera Abou Leila. Tourné pour bonne part dans le Grand Sud, c’est le récit d’une chasse à l’homme terroriste par deux amis d’enfance. L’an dernier, deux films présentés dans cette sélection ont fait une très belle carrière, obtenant moult césar : le Guy d’Alex Lutz et Schéhérazade de Jean-Bernard Merlin. Aller à la Critique est l’assurance d’une forte curiosité critique et médiatique.


Le Maroc consolide

L’actrice et scénariste Maryam Touzani passe le cap de la réalisation avec succès. Le délégué-général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, a retenu Adam en sélection officielle, catégorie Un Certain regard. Elle est l’auteur de deux courts-métrages et la coscénariste et interprète de Razzia, film choral de Nabil Ayouch qui a connu un grand succès au Maroc. L’auteur de Much Loved – interdit dans son pays – est le producteur d’Adam. Le premier long-métrage d’Alaa Eddine Aljem, Le Miracle du Saint Inconnu, aura quant à lui les honneurs de la Semaine de la critique avec un synopsis prometteur. Un voleur cache son important butin sur une colline désertique. À sa sortie de prison, des années plus tard, il découvre qu’un mausolée a été construit au même endroit. Il va lui être difficile de récupérer son magot. Les deux films marocains concourent pour la Caméra d’Or qui récompense un premier film présenté dans les quatre sélections. Jim Jarmusch, Jafar Panahi ou Naomi Kawase ont obtenu ce prix prestigieux.

La Tunisie, une habituée de Cannes

Depuis plusieurs années, Cannes déroule son tapis rouge à une jeune génération de cinéastes tunisiens. La Belle et la meute de Kaouther Ben Hania en 2017, Weldi de Mohamed Ben Attia en 2018 et désormais Ala Eddine Slim en 2019 avec Tlamess. Son premier film, The Last of Us, avait frappé les esprits au Festival de Venise 2016. Il y avait obtenu le Lion du futur. Une récompense que confirme cette sélection à la Quinzaine des réalisateurs.

Yasmina Khadra en film d’animation

Pour sa part, le romancier algérien Yasmina Khadra verra l’adaptation des Hirondelles de Kaboul projeté en sélection officielle. Ce film d’animation, cosigné par Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec, suscite une forte curiosité dans le métier. Le film sortira le 4 septembre en France.

47Soul: heureux d’un printemps arabe

Photo: Victor FrankowskI/Collaboration spéciale

Les membres de 47Soul à l’ombre de la Balfron Tower, tour d’habitation londonienne qui a servi d’inspiration à leur premier album.

 

Un vent de Palestine soufflera sur Montréal dimanche à l’occasion de la visite de 47Soul, groupe engagé et inventeur de son propre style musical, le shamstep.

Sham quoi? «Sham» comme Bilad Al-Sham, région historique et culturelle du monde arabe qui regroupe grosso modo la Palestine, la Jordanie, le Liban et la Syrie.

Décrit par 47Soul comme un sous-genre du dub-step, le shamstep combine des éléments électros, rock et hip-hop à des sonorités arabes plus traditionnelles comme le dabkeh, musique qui accompagne la danse folklorique du même nom.

Les synthétiseurs côtoient donc allègrement le daf, grand tambour sur cadre, et le mijwiz, flûte à double pipe.

Un mélange heureux et très entraînant, qui leur a permis de se faire connaître sur la scène européenne et de participer à plusieurs festivals d’envergure dont Glastonbury, Womad et, dans quelques jours, South by Southwest.

«Nous ne voulons pas nous cantonner seulement à la communauté arabe. Et nous ne voulons pas être placés dans la catégorie “musique du monde”, insiste Tareq Abu Kwaik, alias El Far3i, joint à Londres. Nous voulons apporter la contribution de la jeunesse arabe à la musique mondiale, dans le son et dans la création.»

«Il existe plein de liens entre les rythmes arabes et les rythmes africains et dance. La musique arabe peut participer à la musique pop en général.»

Obstacles
Il s’agira d’un premier spectacle «officiel» pour le groupe dans la métropole. Le quatuor devait s’y produire en 2016, mais seuls deux des membres avaient alors obtenu le visa nécessaire à temps.

Une situation qui rend compte de la difficulté pour les Palestiniens à se déplacer librement, dans le monde arabe comme sur le reste de la planète.

«La culture arabe est présente dans 24 pays et en a influencé beaucoup d’autres. Le son arabe ne devrait pas être limité à un seul pays, une seule région ou aux gens qui viennent de cette communauté.» -Tareq Abu Kwaik, alias El Far3i, membre de 47Soul

Pour faciliter leur carrière musicale, les quatre hommes ont donc décidé de s’installer dans la capitale britannique.

«Nous sommes tous de descendance palestinienne, mais nous provenons d’endroits différents, nous avons des passeports différents, précise Tareq Abu Kwaik. Nous avons choisi Londres parce que c’est un haut lieu de l’industrie musicale et que nous voulions nous rassembler… légalement.»

À l’intérieur du groupe, El Far3i et El Jehaz sont des descendants de réfugiés palestiniens qui ont grandi en Jordanie, Z the People est né au sein d’une famille palestinienne aux États-Unis, alors que Walaa Sbeit possède la nationalité israélienne.

«Ça devient problématique dépendamment de la partie du territoire [palestinien] dont on provient. C’est très difficile de bouger d’un endroit à l’autre. Mais le problème s’applique aussi à plus grande échelle, entre les pays arabes, mais aussi partout dans le monde.»

«Les frontières sont quelque chose de choisi, pas quelque chose de naturel dans cette région.»

Les thèmes du territoire, des divisions et des droits de l’Homme sont d’ailleurs omniprésents dans les paroles, en arabe et en anglais, de 47Soul, dont le nom fait d’ailleurs référence à l’année qui a précédé la création de l’État d’Israël et l’occupation de la Palestine.

«Chaque terre est une terre sacrée, chaque peuple est un peuple élu», répètent-ils sur Every Land, chanson tirée de leur EP Shamstep.

Balfron Promise, leur premier microsillon sorti l’an dernier, fait référence à la Balfron Tower, tour à l’architecture brutaliste de East London où le groupe a résidé et écrit la majorité de l’album

Alors qu’il convertissait cette tour d’habitation populaire en logements de luxe, le propriétaire de l’immeuble a offert des baux temporaires à des artistes londoniens.

Les membres de 47Soul étaient donc aux premières loges pour assister à l’embourgeoisement du quartier et au déplacement des résidants plus pauvres.

Le groupe a aussi joué sur la ressemblance entre Balfron et Balfour, ministre des Affaires étrangères britannique qui, en 1917, dans une déclaration devenue célèbre, a promis la création d’un foyer national juif en Palestine, un premier pas vers la création d’Israël.

«C’est la proclamation qui a marqué le début de la division de notre terre. Nous voulions souligner les similarités entre l’occupation [israélienne] et la gentrification d’un quartier. Ça peut sembler exagéré, mais c’est ce que c’est. Des gens déplacés», soutient Tareq Abu Kwaik, percussionniste et MC du groupe.

«Bien sûr, il y a une différence entre déplacer des gens de force et en forcer d’autres à partir en montant le coût de leur loyer. Mais c’est le travail de l’artiste de mettre en parallèle les deux situations.»

Portée universelle
Les quatre musiciens ne se considèrent pas pour autant comme un groupe politisé.

«À la fin de la journée, on fait de la musique et on doit choisir des sujets sur lesquels écrire. Autant en choisir qui se rapprochent de notre réalité, affirme El Far3i. C’est notre vie. On ne fait pas ça parce qu’on a un programme à défendre en Europe ou en Amérique du Nord.»

«Je veux que les gens dansent sur notre musique, au son des rythmes arabes et des synthétiseurs. Quant aux sujets de nos chansons, nous tentons de parler de ce qui nous touche, du genre de choses qui nous arrivent. Mais il n’y a pas de buts politiques.»

Le groupe s’est d’ailleurs donné comme objectif d’élargir son public au maximum. Une opération qui repose beaucoup sur ses prestations scéniques endiablées.

«Il n’y a pas de meilleur sentiment que voir des jeunes de 16-17 ans, qui ne sont pas arabes, chanter et danser sur notre musique. La musique est plus grande que nos différences. C’est un bon point de départ pour se rencontrer.»

Retrouver l’article sur le site de METRO  

«On tue le patrimoine syrien une deuxième fois»

Archéologie / Mohamad Fakhro, ancien directeur adjoint du musée des Antiquités d’Alep, tire la sonnette d’alarme sur l’état des monuments historiques et sites syriens. Après la crise, l’urgence demeure.

 

Mohamad Fakhro, ancien directeur adjoint du musée des Antiquités d’Alep, était de passage à Lausanne mardi dernier. Rattaché à l’Université de Tübingen (DE) et de Berne, il dénonce les reconstructions intempestives et le pillage dont est victime l’héritage culturel syrien.Image: Patrick Martin

 

Mohamad Fakhro passe inaperçu dans les couloirs de Rumine, jetant çà et là un regard énigmatique sur les impeccables vitrines et colonnades du musée lausannois où il était attendu pour une conférence mardi dernier auprès des Amis du Musée cantonal d’archéologie. Réfugié depuis 2014 entre Berne et Tübingen (Allemagne) Mohamad Fakhro est pourtant un héros.

Pour sauver des collections inestimables, avec son équipe, cet ancien directeur adjoint du Musée des antiquités d’Alep a risqué sa vie pendant des semaines, dormi dans ses bureaux, vu ses collègues se faire blesser par les obus, balles et mortiers qui valsaient entre les vitrines de céramiques plusieurs fois millénaires, tandis que la ligne de front tantôt en faveur des rebelles, du régime, puis de l’État islamique (EI), ravageait un pays six fois classé par l’Unesco.

À Alep, c’était entre 2011 et 2013, après qu’une voiture piégée leur révèle l’arrivée des combats. «On a fait plusieurs erreurs, explique-t-il aujourd’hui dans un anglais dynamique. Celle de ne pas avoir de procédures d’urgence ou d’évacuation. Peut-être aussi qu’on n’a pas vu venir cette guerre. Tout le monde a vécu en paix pendant des siècles. Et un beau jour, les aqueducs romains ont servi à aller poser des bombes sous les maisons de la vieille ville.» Lui et ses collègues se comparent avec un peu d’ironie aux Monuments Men, des volontaires dépêchés au chevet du patrimoine de la vieille Europe lors du second conflit mondial. «On ne savait pas comment faire. Alors on a fait comme à Berlin ou Varsovie, et mis des sacs de sable autour des statues impossibles à bouger. Puis des cages de planches ou de ciment, difficile à trouver en pleine guerre.»

Résultat? Alors que des milliers et milliers de tablettes cunéiformes, de mosaïques uniques, des parchemins, les collections de Raqqa et de Palmyre aux mains de Daech, d’Idlep, sont probablement perdus corps et biens, 90% des objets du Musée d’Alep ont survécu, entre Damas, des dépôts et des banques. Parce que le coin est resté plus ou moins tenu par le régime. Au contraire de la vieille ville, transformée en champ de bataille.

Mohamad Fakhro revient de l’enfer, celui où on s’habitue «à pouvoir disparaître d’une seconde à l’autre». Là où un objet est plus intéressant sur eBay que dans une vitrine. Là où Khaled al-Assaad, 82 ans, directeur du site de Palmyre est décapité au milieu de ce qui reste des ruines. «Comment EI est arrivé à Palmyre, au beau milieu du désert, alors que la Syrie est tellement surveillée depuis le ciel qu’on voit bouger le moindre insecte, s’énerve, la gorge serrée, Mohamad Fakhro. Mais les désastres, on en a assez parlé. La question maintenant, c’est l’après. Il y a urgence. On est en train de tuer le patrimoine syrien une deuxième fois.»

L’archéologue a des exemples plein sa sacoche. Une demeure byzantine reconstruite en ciment, un minaret seldjoukide retaillé par ses voisins, une aile de musée rouverte par des politiciens du régime tout souriants alors que les caves sont toujours inondées… Des opérations souvent dommageables, voire irréversibles. «Il y a un mélange entre des actions de propagande, les efforts des gens, et ceux qui ont les moyens et qui en profitent, soupire le conférencier, dont la thèse en cours porte sur la reconstruction du patrimoine syrien. Le problème, c’est que la discipline est encore jeune et que les rares gens formés sont partis, comme moi.»

Il manque la génération de spécialistes, martyre elle aussi de la guerre civile. Des techniciens de musée, des conservateurs, des restaurateurs… «On se sent abandonnés par les ONG et les institutions qui fouillaient ici avant la guerre, et je le dis sans méchanceté, enchaîne-t-il. Mais presque personne ne répond. Alors qu’on a surtout besoin de compétences et de former des gens: comment restaurer des objets en bronze, comment rétablir l’éclairage… tout est à refaire.» Le Syrien souligne qu’il y a urgence et que les bâtiments déjà endommagés s’effondrent. Mais en même temps, répète que la priorité est de réfléchir et de ne pas se précipiter sur des monuments emblématiques: «Il a fallu des décennies pour reconstruire Varsovie. On y arrivera, mais la tâche est gigantesque. 70% d’Alep est détruit.»

Pillage organisé

Il marque une pause. «La tâche est gigantesque. Le pillage est hors de contrôle, quand il n’est pas organisé par des réseaux mafieux. Ils profitent du fait qu’il n’y a plus personne sur les sites. Pas d’inventaire des collections non plus, alors qu’elles ont circulé dans toute la Syrie. Vous savez, j’ai vu dans une boutique de Bâle un buste en terre cuite venant d’un site que j’avais fouillé.» Il met sa main sur sa poitrine. «Pour eux détruire c’est détruire. Un objet est un objet. Mais pour nous, ça fait mal, là.»

L’archéologue reste sceptique sur la mobilisation internationale. «Chacun travaille dans son coin, et personne ne veut travailler avec le gouvernement syrien.» En Suisse, une tentative d’atelier de formation, organisée par l’Université de Berne en Turquie, a échoué faute de visas turc et syrien.

«On s’est rendu compte qu’il y avait un vide entre les musées et les populations locales, ça a été une autre erreur. Les écoles n’ont pas été dans les musées, alors les gens ne comprennent pas aujourd’hui leur intérêt. C’est ça qui peut les pousser à piller des sites entiers, comme Doura Europos, définitivement perdu. Moi, on me dit aujourd’hui que depuis l’étranger je ferais mieux de me battre pour les enfants de Syrie plutôt que pour les pierres. Sauf que c’est ce qu’on fait. On se bat pour les enfants. Notre héritage culturel, c’est l’avenir du pays.» (TDG)

Créé: 23.02.2019, 11h05

Retrouver l’article dans la TDG

Leïla Slimani, Présidente du Jury documentaire

Leïla Slimani, Présidente du Jury documentaire

L’écrivaine lauréate du Prix Goncourt 2016 participera au FIFDH 2019 en tant que Présidente du Jury documentaire.

Romancière franco-marocaine née en 1981, Leïla Slimani est lauréate du prix Goncourt 2016 avec son deuxième roman « Chanson douce » (éditions Gallimard), traduit en 44 langues, qui l’a hissée au rang « d’auteur francophone le plus lu dans le monde ».

Écrivaine virtuose, féministe et profondément engagée, sa plume acérée suscite des débats passionnés à travers le monde sur la condition féminine et les inégalités sociales. Leïla Slimani est également la représentante personnelle d’Emmanuel Macron pour la francophonie, ce qui ne l’a pas empêchée d’interpeller publiquement le Président de la République en novembre dernier en soutien aux personnes migrantes et sans papiers.

Elle présidera le Jury documentaires de création et participera à l’initiative de la Société de Lecture à une rencontre avec le public du Festival le mardi 12 mars à 12h. Rendez-vous le 14 février pour découvrir l’intégralité du programme du FIFDH 2019.

 

La première sélection du Prix international du roman arabe 2019

Le jury du prix international du Roman arabe a révélé sa première sélection, composée de 16 titres.

Seize ouvrages ont été retenus, lundi 7 janvier, pour figurer dans la première sélection du prix international du Roman arabe 2019. La liste comprend 7 femmes et 9 hommes, choisis parmi 134 auteurs publiés en langue arabe entre juillet 2017 et juin 2018.

La deuxième sélection annonçant les six finalistes de cette 12e édition sera dévoilée le 5 février, avant la remise du prix qui se tiendra le 23 avril, à la veille de l’ouverture de la Foire internationale du livre d’Abu Dhabi (du 24 au 30 avril). Le lauréat succédera à Ibrahim Nasrallah, récompensé en 2018 pour The second war of dogs et recevra 50000 dollars (43700 euros), ainsi qu’un soutien pour la traduction de son ouvrage en anglais. Les finalistes toucheront quant à eux la somme de 10000 dollars (8700 euros).

Six auteurs ont déjà figuré dans les sélections des précédentes éditions, dont plusieurs sont édités en France : l’Irakienne Inaam Kachachi chez Gallimard, l’Algérien Waciny Laredj chez Sindbad et L’Harmattan, la Libanaise Hoda Barakat, chez Actes Sud et sa concitoyenne May Menassa chez Encre d’Orient et Erick Bonnier. Parmi les autres romanciers sélectionnés pour la première fois et déjà parus dans l’Hexagone se trouvent Mohamed Abi Samra (Sindbad) et Habib Sayah (Casbah).

Les 16 titres sélectionnés pour le Prix international du roman arabe 2019 :

  • Women without trace de Mohammed Abi Samra (Liban), Riyad al-Rayyes
  • Voyage of the cranes in the cities de Omaina Abdullah Al-Kamis (Arabie saoudite), Dar Al Saqi
  • The night mail de Hoda Barakat (Liban), Dar al-Adab
  • Women of the five senses de Jalal Bargas (Jordanie), Arabic Institute for Research and Publishing
  • The commandments d’Adel Esmat (Egypte), Kotob Khan
  • Mohammed’s brothers de Maysalun Hadi (Irak), Dar al-Dhakira
  • Black Foam de Huji Jaber (Erythrée), Dar Tanweer
  • The outcast d’Inaam Kachachi (Irak), Dar al-Jadid
  • May – The nights of Isis Copia de Waciny Laredj (Algérie), Dar al-Adab
  • What sin caused her to die? de Mohammed Al- Maazuz (Maroc), Cultural Book Centre
  • I killed my mother in order to live de May Menassa (Liban), Riyad al-Rayyes
  • Western Mediterranean de Mbarek Rabi (Maroc), Arabic Institute for Research and Publishing
  • Me and Haim de Habib Sayah (Algérie), Dar Mim
  • Summer with the enemy de Shahla Ujayli (Syrie), Difaf Publishing
  • The mexican wife de Iman Yehia (Egypte), Dar al-Shorouk
  • Cold white sun de Kafa Al-Zou’bi (Jordanie), Dar al-Adab

Plusieurs lauréats traduits en français

Créé en 2008, le prix international du Roman arabe vise à étendre le rayonnement de la littérature  arabe. Il est financé par le département de la culture et du tourisme d’Abu Dhabi et bénéficie du soutien de la Booker Prize Foundation sise à Londres. Son jury est dirigé par le critique littéraire marocain Charafdin Majdolin.

Parmi les titres lauréats des dix dernières années, cinq ont été traduits en français: Oasis du couchant de l’Egyptien Bahaa Taher (Gallimard, 2011, traduit par Simon Corthay et Charlotte Woillez); La Malédiction d’Azazel de l’Egyptien Youssef Ziedan (Albin Michel, 2014, traduit par Khaled Osman); Le Collier de la colombe du Saoudien Raja Alem (Stock, 2011, traduit par Khaled en collaboration avec Ola Mehanna); Les Druzes de Belgrade du Libanais Rabee Jaber (Gallimard, 2015, traduit par Simon Corthay et Charlotte Woillez) et Frankenstein à Bagdad de l’Irakien Ahmed Saadawi (Piranha, 2016, traduit par France Meyer).

Retouver l’article sur Livres Hebdo 

La diaspora arabe en Amérique Latine : Histoire d’une intégration heureuse

Par Bichara KHADER

Une petite digression bibliographique

Pendant longtemps, les spécialistes des thématiques migratoires, arabes et euro­péens, ont focalisé leurs recherches sur les migrations arabes -surtout maghrébines-en Europe ou sur les migrations arabes et asiatiques dans les pays de l’or noir, par­ticulièrement les pays du Golfe. L’intérêt des sciences sociales pour les « diaspo­ras arabes » en Amérique Latine, de ce côté-ci de l’Atlantique, est plutôt récent. De fait, la première recherche sérieuse date de 1997 et est publiée par l’UNESCO sous le titre « El Mundo Arabe y Ameri­ca Latina » dans le cadre d’un projet in­titulé « Contribution de la culture arabe aux cultures latino-américaines à travers l’Espagne et le Portugal ».

En langue arabe, le premier ouvrage col­lectif sur le sujet est publié en 2006 par le Centre d’Etudes de l’Unité Arabe de Bey­routh, sous le titre « Al-Jaliat al arabiyya fi amerika al -latiniyya ». Curieusement, alors que l’écrasante majorité des Arabes installés en Amérique latine, depuis le XIXème siècle, sont originaires du Ma­chrek, c’est un professeur marocain de l’Université Mohammed V, Akmir Ab­delwahid, qui a coordonné cet ouvrage collectif. C’est ce même professeur qui a également coordonné un ouvrage très do­cumenté, publié en 2009, sous le titre « Los arabes en America Latina : una historia de una emigracion ».

En France, alors que les ouvrages sur l’immigration maghrébine se comptent par centaines, les recherches sur l’im­migration arabe en Amérique latine ont été parcellaires et limitées dans leur cou­verture géographique. Un récent ouvrage collectif vient combler partiellement cette lacune. Publié en 2018 et Intitulé « Amé­rique Latine, Monde Arabe : le diagnos­tic des Suds » l’ouvrage est le fruit d’une coopération entre chercheurs français et mexicains, regroupés dans le GEALMA (Grupo de estudios sobre America Latina y Mundo arabe ». Mais l’ouvrage nous informe peu sur l’histoire des migrations arabes en Amérique latine car il est da­vantage centré sur les processus d’inté­gration, les effervescences identitaires et la visibilité sociale conquise avec le temps par les descendants des « immigrés arabes ».

Naturellement, les recherches lati­no-américaines sur les diasporas arabes ont été légion mais souvent, il s’agit de monographies extrêmement détaillées, soit sur les Arabes au Brésil (Silvia Montenegro), ou sur les Palestiniens du Chili (Lorenzo Agar Corbinos) ou les Arabes au Mexique (Farid Kabbat et Jose Alberto Moreno) pour ne citer que quelques noms parmi des centaines d’autres.

 Des tueries ont lieu en 1841, 1845 et surtout en 1860. Fuyant les massacres, les Chrétiens trouvent refuge à Chypre ou en Egypte. Les plus entreprenants continuent la traversée jusqu’en Amérique Latine. C’est le début d’une grande épopée.

Les relations récentes entre l’Amérique Latine et le Monde Arabe répondent à des impératifs économiques, politiques et idéologiques sans un lien apparent avec la présence, en Amérique Latine, de 12 à 15 millions de latino-américains « d’ori­gine arabe ». Toutefois, il ne fait pas de doute que cette diaspora a joué un rôle im­portant dans l’impulsion des nouvelles formes de partena­riat Sud-Sud, surtout depuis le premier sommet Amé­rique du Sud-Monde Arabe (ASPA) organisé à Brasilia en 2005. J’y reviendrai dans un prochain article.

L’immigration moyen-orientale en Amérique Latine : une esquisse historique

De nombreux écrivains se sont attachés à raconter des histoires de vie des immi­grés moyen-orientaux en Amérique La­tine. Amin Maalouf, dans « Origines », publié en 2004, livre des détails piquants sur le voyage de membres de sa famille à Cuba. En 2012, Raphaël Confiant, dans son roman « Rue des Syriens » revient sur le voyage tumultueux d’un syrien immi­gré en Martinique, au début du XXème siècle. En langue arabe, on ne compte pas les romans publiés par ces expatriés arabes et leurs descendants. On a appelé cela « Adab al Mahjar » dont Khalil Jou­bran est l’emblème le plus éclatant.

Mais qu’est-ce qui a poussé des mil­liers de Libanais, de Syriens et de Pales­tiniens à traverser les océans et braver les tempêtes pour s’installer en Amérique Latine et cela, depuis le XIXème siècle ? Les historiens relèvent plusieurs fac­teurs : conflits confessionnels, pauvreté et répression turque.

Les conflits confessionnels ont été à l’origine des premières vagues de migrants libanais. Rappelons brièvement le contexte.

En 1831, Mohammad Ali, vice-roi d’Egypte, envoie son fils Ibrahim Pa­cha conquérir la Palestine, le Liban et la Syrie, alors sous domination otto­mane. Après avoir battu les Turcs en Palestine, les troupes égyptiennes pour­suivent leur conquête du Liban et de la Syrie en 1832. Dans les régions « libé­rées », Ibrahim Pacha met en place un système administratif moderne et adopte une politique très libérale à l’égard des chrétiens, notamment libanais, dont la plupart travaillait pour le compte de « chefs féodaux druzes ». C’est un coup de pied dans une fourmilière : Ibrahim Pacha bousculait un « ordre établi ».

 Avec leur essor économique et les fortunes amassées, les Arabes ne sont plus « los turcos », appellation souvent péjorative : ils sont devenus «Libaneses, palestinos y sirios ».

Mais l’Egypte est battue par une coali­tion d’Etats européens qui craignaient un mouvement d’émancipation des Arabes de l’Empire Ottoman : mieux valait une Turquie « malade » qu’un monde arabe émancipé. Le retrait des forces égyptiennes du Levant déclenche une vengeance des chefs druzes contre leurs sujets chrétiens : des tueries ont lieu en 1841, 1845 et surtout en 1860. Fuyant les massacres, les Chrétiens trouvent refuge à Chypre ou en Egypte. Les plus entre­prenants continuent la traversée jusqu’en Amérique Latine. C’est le début d’une grande épopée.

Ils sont rejoints à partir de 1880 par des Palestiniens et des Syriens qui vou­laient échapper à la misère, à la conscrip­tion militaire, aux impôts exorbitants et, après la révolution des « Jeunes Turcs de 1908 », à la répression. Débarquant au Brésil, à Cuba, Honduras et d’autres pays latino-américains, avec un passeport turc, ces « arabes », très souvent chrétiens, sont appelés par les latino-américains « turcos ». Ce surnom leur est resté collé pendant des décennies.

Plus tard, la première guerre mondiale, les mandats français et britannique au Ma­chrek (1922-1948), la création de l’Etat d’Israël (1948), la Nakba palestinienne, et plus près de nous, la guerre israélo-arabe de 1967 et la guerre civile libanaise (1975- 1990) et la détérioration générale des conditions de vie, poussent des centaines de milliers d’arabes, surtout du Machrek, à tenter l’aventure migratoire latino-amé­ricaine, profitant de réseaux familiaux déjà installés. Détail très important : très peu d’Egyptiens ont suivi cette route mi­gratoire, lui préférant celle qui conduit au Golfe, tandis que pour les Maghrébins, à part des juifs sépharades marocains instal­lés en Amérique Latine depuis très long­temps, l’Amérique Latine n’a jamais été une terre d’immigration.

La majorité de ces « immigrés arabes » a disparu des statistiques en tant que « ressortissants étrangers » : ils sont désormais latino-américains et cela depuis plusieurs générations. Eparpillés sur tout un continent, il est très difficile d’estimer leur nombre. Ce qui explique les estimations fantaisistes qui vont de 10 à 30 millions. En recoupant toutes les informations que j’ai pu glaner, l’esti­mation la plus réaliste situe leur nombre entre 12 à 15 millions.

Un parcours migratoire  difficile mais couronné  de succès

Les premiers immigrés débarquent dans des pays dont ils ne connaissent ni la langue ni les coutumes. Les premières années sont difficiles et non exemptes de conflits avec les autochtones. La seule activité à laquelle ils s’adonnent c’est le commerce ambulant. Un auteur lati­no-américain raconte que les premiers immigrés « chrétiens de Bethléem » circulaient à dos de mulets, vendant des objets en nacre, en bois d’olivier, des chapelets et même de l’eau du Jourdain et des boîtes remplies « de terre sainte ». Les Libanais et les Syriens sillonnaient villes et villages en vendant des produits agricoles ou manufacturés.

En moins d’une génération, les immi­grés s’installent dans des échoppes et ouvrent des magasins. A Sao Paulo, on ne compte pas moins de 320 « magasins arabes » en 1907. En 1916, on estime à 3701 les commerces tenus par des arabes d’Argentine.

Avec la 2è génération, l’immigration change de nature : de temporaire, elle devient installée, d’individuelle elle devient familiale : les parents, restés au pays, font le voyage à leur tour. Généralement, on se marie entre membres de la famille ou de la tribu.

Parallèlement au commerce, les immi­grés de la 2ème génération s’engagent dans l’industrie. Un Palestinien de Beit Sahour, de la famille Sahoria, ouvre à Lima, début du XXème siècle, une usine textile. Plus tard, il crée des succursales au Chili et en Bolivie. Un Libanais, Ne’me Yafet, fait de même dans la ville de Sao Paulo en 1907.

Très rapidement, les petits commerces se transforment en « grands maga­sins » et les petits ateliers industriels en « grandes entreprises », surtout dans le secteur textile. Akrim Abdelwahid rapporte qu’avant la seconde guerre mondiale, 75 % des articles de soie et de 25 % des articles de coton et de laine produits au Brésil, 90 % du textile au Chili et 50 % du textile en Argentine, sortaient d’usines dont les propriétaires étaient des « arabes ». Avec leur essor économique et les fortunes amassées, les Arabes ne sont plus « los turcos », appellation souvent péjorative : ils sont devenus « Libaneses, palestinos y si­rios ».

Ayant gravi tous les échelons de la réussite économique, les enfants de la 2ème génération et des générations suivantes fréquentent les universités et les grandes écoles, s’affilient à des partis politiques et des organisations syndicales, voire des mouvements révo­lutionnaires, mais de plus en plus, ils se marient hors de la « famille ». Certes, pendant les premières décennies de l’immigration, il y avait des journalistes et des écrivains qui avaient à coeur de maintenir le lien avec la culture et la langue arabes (entre 1870 et 1960, on ne dénombrait pas moins de 150 pé­riodiques de langue arabe au Brésil) mais en 2018, les Latino-américains d’origine arabe ne parlent plus l’arabe. Mais ils n’oublient pas leurs racines et la terre de leurs grands-parents ou ar­rière-grands-parents. Le cas des Lati­no-américains d’origine palestinienne est, à cet égard, emblématique car ils continuent à maintenir des attaches très fortes avec leurs familles restées en Pa­lestine et affichent une solidarité sans faille avec leurs «hermanos palestinos » comme ils les appellent.

Ceci explique la création de nom­breuses oeuvres de bienfaisance et asso­ciations dont l’objet est de perpétuer les liens entre les communautés immigrées et les pays d’origine : clubs libanais comme celui de San Juan en Argentine en 1899, associations syriennes comme celle de Cordoba, en Argentine, en 1907 ou « El Club Palestino » de Santiago de Chili en 1920, club qui fut champion de première division en 1955 et 1978, et ayant remporté de nombreux trophées depuis.

Comme l’écrasante majorité de ces arabes latino-américains était chré­tienne, on a assisté naturellement à un foisonnement d’églises de toutes les confessions dès le XIXème siècle. Il faut attendre 1938 pour voir la construc­tion de la première mosquée à Sao Paulo et 1949 à Buenos Aires.

Percée significative des « Latino-américains d’origine arabe » dans l’économie et la politique

La réussite économique de la « dias­pora arabe en Amérique Latine » lui ouvre l’espace politique, d’abord à l’échelle locale, puis provinciale et enfin nationale. Il serait fastidieux, et du reste malaisé, de dresser une liste complète de Latino-américains « d’origine arabe » ayant occupé des postes de présidents de banque, de généraux des armées, de gouverneurs, de ministres, voire de can­didats présidentiels ou de présidents de république.

Quelques exemples suffisent pour dé­montrer l’implication de cette diaspora dans la vie économique et politique des pays latino-américains. Ainsi Ricardo Yafet, d’origine libanaise, a été succes­sivement Président de la Banque Cen­trale du Brésil avant de devenir ministre d’économie. Poste qui sera occupé, après lui, par un autre libanais, Camilo Achkar. Au Chili, Carlos Masad a prési­dé la Banque Centrale chilienne.

 La réussite économique de la « diaspora arabe en Amérique Latine » lui ouvre l’espace politique, d’abord à l’échelle locale, puis provinciale et enfin nationale.

Plus près de nous, dans les années 2000, les descendants des immigrés arabes occupaient un grand nombre des sièges du Parlement brésilien. Quoique dans une moindre mesure, ils sont pré­sents dans tous les parlements lati­no-américains.

Etant donné leur statut économique, on aurait pu penser que ces « Lati­no-américains d’origine arabe » vote­raient pour les partis conservateurs de droite. C’est vrai mais seulement en par­tie, car leur présence dans les syndicats, les partis de gauche, voire révolution­naires, a été largement documentée par les auteurs latino-américains. Tel est le cas du leader syndicaliste en Equateur, Pedro Saad, d’Asaad Bucarem, fonda­teur de la « Concentracion de las fuerzas populares » d’Equateur, de Sergio Bitar, membre du Parti Communiste chilien, de Jabbour Maalouf du Mouvement ré­volutionnaire bolivien, de Fernando Na­dra, ministre de la justice, à Cuba, sous Fidel Castro. Ce ne sont que quelques exemples parmi des milliers d’autres.

Enfin, ce que le public arabe, en général, ignore c’est que, depuis les an­nées 1970, 9 Latino-américains d’ori­gine libanaise, palestinienne et syrienne, sont arrivés au sommet des Etats, en tant que premiers ministres et présidents de république : Eduard Seaga , premier mi­nistre de la Jamaïque (1980-1989), Julio Cesar Turbay président de la Colombie (1978-1982), Jacobo Majluta Azar pré­sident de la République Dominicaine (1984), Carlos Menen, président d’ Ar­gentine (1989-1999), Abdallah Buca­rem président d’Equateur ((1996-1997), Jamil Muyyawad président d’Equateur (1998-2000), Carlos Flores Facusse pré­sident du Honduras (1998-2002), Elias Antonio Saca, président du Salvador (2004-2009) et enfin, Michel Temer, ac­tuel président du Brésil.

 

Retrouver l’article sur Maroc Diplomatique